Support écrit d'une large - et complexe - trame dofusienne sur le serveur de Brumen ( rp ouvert & fanfiction à partir du BG officiel et à l'échelle du Krosmoz ! )
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des Cieux aux Rêves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Des Cieux aux Rêves.   Jeu 3 Aoû - 17:47

Un Ange Déchu


Une utopie. Par définition, il s'agit de la représentation d'une Réalité idéale, sans défaut et, par conséquent, inatteignable. Que dire alors de ceux poursuivant ces rêves ? Des imbéciles ? Des fous ? Des rêveurs ? Qu'est-ce qu'un utopiste, au fond ?
Quoiqu'il en soit, l'archange Abaddon était de ceux-ci. Il pensait sincèrement au fond de lui que certains mondes pouvaient demeurer purs, mais devaient aussi pour se faire être protégés à tout prix de la corruption, et par là il entendait le Mal, avec un grand M. Lorsqu'il pensait à la corruption, lorsqu'il parlait de corruption, il pensait à des Réalités s'étant totalement égarées. Ces mondes n'avaient pas seulement quelques défauts mais étaient complètement perdus. Aucun être, dans ces endroits, ne pouvait atteindre le bonheur. La définition même de la dystopie. C'était donc contre cela qu'il fallait lutter, contre cette corruption.
Comment luttait-il ? C'est une bonne question. Il luttait d'une manière intransigeante. Contre le Mal, la pourriture, il était sans pitié aucune et, ainsi, ses camarades Anges ne le voyait pas tous d'un bon œil. A son passage, l'être de lumière pouvait entendre des murmures, pouvait sentir le poids de leurs regards emplis de mépris, pouvait presque sentir leur rage. Et pourtant, ils ne le détestaient pas tous. Certains le soutenaient pour ce qu'il faisait à travers les mauvaises réalités. Il était nommé Abaddon, surnommé le Destructeur.

Mais venons-en au fait. Ce jour là, cela faisait une semaine très exactement qu'il se promenait dans cette réalité et observait calmement chaque être. Durant cette nuit sans étoiles, le constat était le même qu'à l'accoutumée: R.A.S. Rien. A. Sauver.
Cette Réalité était pourrie jusqu'à la moelle, il n'y avait pas de victimes, que des bourreaux et du sang. L'odeur de la chair brûlée, les cris de haines, les pendus dans les rues servant de décorations. Comment cela avait-il pu autant dégénérer ? Il déploya ses quatre ailes d'un blanc immaculé et prit de la hauteur alors qu'une épaisse armure blanche et or où était disposée cinq runes apparut. C'était catastrophique. Si dans cette population il y avait par malheur des Voyageurs, le poison de cette Réalité pourrait alors potentiellement se répandre dans d'autres qui, elles, étaient saines. Il ne pouvait pas le permettre. Il ne pouvait pas attendre un Cycle d'Apocalypse et de Renaissance, bien qu'il respectait profondément le travail des Aspects. Cela pouvait potentiellement prendre des centaines d'années pour que Famine, Pestilence, Guerre et Mort se réveillent, et il était hors de question d'attendre si longtemps. Il fallait agir, empêcher le poison de cette Réalité de se répandre dans d'autres. C'était son devoir, son travail, et son fardeau.
Dans un silence religieux il leva une main vers le ciel. Jour. Soudain, cette nuit sans étoiles était incroyablement éclairée par une sphère dans le ciel, si lumineuse que tous ces déchets que l'on nomme habitants ne purent s'empêcher de lever les yeux vers cette petite boule de lumière. Une étoile qui à elle seule chassait les ténèbres.

Cependant, lorsque les regards se firent plus attentifs sur cette chose, quelque chose devint évident: quelque chose clochait. Cette étoile... elle semblait grossir, de plus en plus. Ou alors... se rapprocher dangereusement ?!
BOUM
En plein milieu de ce Village d'Amakna, un immense cratère s'était formé. Le puit sans fond de l'Ange de la Destruction, lien entre cette Réalité et son antre, venait d'apparaître, une opaque fumée obscurcissant les environs. Puis un cri strident, aigu et inhumain, en provenance de ce cratère. Quelque chose sortait. Les sons se faisaient plus nombreux et puissant et, lorsque la fumée se dissipa enfin, des centaines de créatures fondirent sur les Hommes.
C'étaient d'immenses sauterelles, à la queue de scorpion, au visage humanoïde pourvu de dent acéré, à la crinière de mufafah et au corps dur comme du fer. En volant, elles faisaient un bruit horrible, comme si des dizaines Dragodindes enragées piétinaient le sol. Certains s'écroulèrent à genoux, incrédules et désespérés à la vue de ces choses grondant vers eux telle une tempête, tandis que les autres, les yeux écarquillés, sortirent leurs armes.

Spoiler:
 

... TUEZ LES MONSTRES !

Et, à l'unisson, tous lancèrent leurs magies de classes vers l'armée. Mais c'était inutile. Certes, certaines finissaient bien par tomber, mais elles étaient immédiatement reformées et ressortissaient intactes du puit pour retourner au combat. Cela n'en finissait pas.
C'était tout de même ironique. Ils étaient tous sur le point de disparaître et c'est à cet instant qu'ils décidaient de montrer un semblant d'humanité et d'agir tous ensemble. Il était cependant bien trop tard pour se repentir et les créatures avançaient inexorablement, déchiquetant les chairs de leurs adversaires. Bientôt, il ne resterait que des corps servant de repas à ces affreuses créatures qui ne laissaient pas une once de chair sanguinolente, qui dévoraient absolument tout.
Volant au dessus du carnage, l'Ange regardait la guerre se profiler. Son visage ne bougeait pas, il était complètement neutre et inchangé. La seule ombre à ce tableau étaient d'épaisses larmes qui ne cessaient de couler sur ses joues, comme si elles n'étaient pas de lui.

- Le sens-tu ? Ces âmes sont tourmentées, corrompues par le Mal. Perdus, ces Hommes sont similaires à des Shuhus... ils faut donc les éradiquer avant qu'ils ne parviennent à s'échapper de cette prison qu'est cette Réalité, et qu'ils ne contaminent d'autres mondes. Certes, le spectacle de la corruption réduite en cendres est magnifique à mes yeux... mais ce n'est pas pour le plaisir de tuer que je me bat, je pense que c'est évident.
N'est-ce pas pour vérifier cela que tu es venu... mon frère ?


Derrière lui, en silence, se tenait un autre Ange, les ailes déployées. Il avait une lame à la main et ne répondait rien au discours de son parent.

- Alors, maintenant que tu as compris pourquoi je faisais tout cela, tu peux disposer, je ne te retiens plus. Va rassurer notre cher Conseil sur la raison de mon combat, et dis-leur qu'il n'y a absolument rien à cr-


Mais Abaddon fut coupé, littéralement. Une lame venait de transpercer sa poitrine par derrière, il venait d'être poignardé dans le dos. Il cracha un filet de sang en se retournant, les yeux écarquillés, une grande épée de lumière apparaissant dans sa main droite, prêt à frapper son agresseur. Cependant, sous ses yeux ébahis, elle disparut. Ses ailes blanches refusèrent de le porter et il tomba sur le sol, au milieu des nombreux cadavres. Il se sentait faible, extrêmement faible, alors que ses ailes commençaient à virer au noir. Il les regarda changer de couleur avec horreur.

- Des ailes... noires ? Non... Non, vous ne pouvez pas me déchoir !

Pour seule réponse, il reçut de son frère une onde de choc, qui le propulsa au bord de son gouffre, le corps dans le vide et seules ses mains pour l'empêcher de tomber. Ses pouvoirs refusaient de réagir, sans doute à cause de sa récente déchéance. Même les Ombres qu'il contrôlait peinaient à se lever: il était bien trop faible pour l'heure.

- Attends, attends... tu ne vas pas leur obéir si facilement ? Approche mon frère, et aide moi à me relever ! Nous n'avons pas besoin, après tout, du Conseil et des Cieux... nous pouvons nous débrouiller seuls n'est-ce pas ? Mes pouvoirs finiront par répondre à nouveau, nous n'auront pas à craindre leurs représailles, nous pourrons nous défendre. Qu'en dis-tu ?


Abaddon glissait progressivement. Il s'accrochait de toutes ses forces au sol, ses ongles commençant à se déloger, ses doigts saignant abondemment. Il tomberait d'une seconde à l'autre. Son adversaire se posa sur le sol et s'approcha d'Abaddon lentement, avec un regard méprisant.

- Il a été décidé que tu étais un danger pour les Cieux. Tu comprends, tu es bien trop instable... et tu as un penchant inquiétant pour la Destruction. Nous n'allons pas te tuer, mais nous allons t'enfermer dans ta Dimension pour toujours. Vois-tu, ton armure forgée par les Cieux est spéciale et empêchera tes pouvoirs de te revenir et ainsi de t'enfuir. Même si tu parviens à mettre fin à tes jours, ses runes empêcheront toute réincarnation. Tu es allé trop loin... j'en suis désolé, crois-moi.


- Désolé ?! Tu n'es qu'un traître, une marionnette entre leurs mains... lorsque je reviendrai -et crois-moi, je reviendrai- prie pour que nos chemins ne se recroisent pas.

Il glissait encore et toujours. Son adversaire n'eut même pas besoin de l'attaquer de nouveau, il chuta simplement. Alors qu'il tombait dans son propre puit les runes placées sur son armure ne cessaient de scintiller. A la surface, ses créatures hurlèrent à la mort, sentant leur Maître en mauvaise posture.
Il finit par atterir dans sa dimension, s'écrasant sur le sol et sombrant lentement dans l'inconscience. Avant de fermer les yeux, il ne vit que ses guerriers s'attrouper autour de lui pour l'amener sur son trône.

Il avait cependant prévu une telle action de la part des Cieux, la seule réelle surprise ayant été l'identité de son assassin. Dans une autre Réalité, une femme était enceinte. Elle allait donner naissance à une lignée de guerriers dans cette Réalité et l'un d'eux allait finir par le retrouver, et servir à sa réincarnation. Il n'y avait plus qu'à patienter...
Revenir en haut Aller en bas
 
Des Cieux aux Rêves.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au précieux
» Votre bien le plus précieux
» La Route des Cieux
» Mon regard vers les cieux.
» Sur terre et dans les cieux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onigami :: Un passé, un présent, un avenir. :: Récits-
Sauter vers: