Support écrit d'une large - et complexe - trame dofusienne sur le serveur de Brumen ( rp ouvert & fanfiction à partir du BG officiel et à l'échelle du Krosmoz ! )
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une amélioration... risquée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Une amélioration... risquée ?   Lun 23 Oct - 13:48

Enfin, après avoir propagé le Culte dans bon nombre de coins isolés des Réalités, Azrothar avait enfin le niveau d'énergie requis pour annuler les contraintes climatiques liées aux races afin de permettre à chacun des quatre peuples de se réunir avec sa moitié. Ou... tous sauf un ? Malheureusement, l'Efrit n'avait jamais manipulé ainsi les organismes des peuples, alors tout pouvait arriver. C'était soit une excellente nouvelle, soit un cadeau empoisonné en somme.
La prochaine étape cependant nécessiterait encore plus d'énergie, il devrait donc prendre contact avec les Veilleurs par la suite... mais chaque chose en son temps.

Abaddon venait d'arriver dans son palais, après s'être assuré que le sort sur Kys avait bien été levé. Elle lui avait ensuite rapidement demandé de déguerpir et, juste au moment où il disparu, il pu sentir la puissance du Maître de l'Ordre gronder, furieux. Il venait sans doute d'apprendre les nouvelles... le Commandant devait à nouveau une fière chandelle à l'Ange de la Mort visiblement.
Ni une ni deux, il envoya un message télépathique aux Dirigeants pour les tenir au courant. Inutile de les réunir pour cela.

L'énergie d'Azrothar a bien augmenté, il est maintenant en mesure de modifier l'organisme des peuples afin d'annuler les contraintes climatiques liés à ceux-ci, comme nous en avions discuté. Le processus se fera progressivement, peuple par peuple, à commencer par celui qui a le plus besoin de se reconstruire: les Chevaucheurs. Nous avons d'ailleurs déjà découvert leur peuple complémentaire ce qui nous permettra de rapidement les réunir.
Lorsque le tour des autres races arrivera, le processus s'accompagnera d'une légère baisse de puissance. Il faudra veiller à prévenir vos populations afin qu'elles ne soient pas surprises d'une baisse de régime: c'est tout à fait normal.

Lorsque les deux moitiés Chevaucheuses seront enfin réunies, nous pourrons lancer les expéditions pour les autres peuples. Je vous tiendrais informés.


Ceci fait, il sortit de sa demeur afin de se rendre au temple d'Azrothar, dans le but d'enfin lancer le processus.

Les Dirigeants sont au courant de nos prochaines opérations, Kursan aussi. Son peuple sera donc le premier à être modifié, comme convenu.
Pour ce qui est de la vision de Kysae, nous devrons tout faire pour ne pas permettre à ce peuple de nous rejoindre, tant pis si sa moitié vivant déjà ici est mécontente. Il serait aussi préférable de prévoir de quoi se défendre, juste au cas où.


Ceci dit il croisa les bras, laissant à son enfant la suite des opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Onigami
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 23/07/2017

MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   Mar 24 Oct - 8:28

Comme souvent, c'est la voix du père qui vint me réveiller. J'écoute ses mots dans un semi sommeil plutôt agréable ... La tâche qu'il me demandait n'était pas très rude, changer le métabolisme de l'une de mes ... Ah si, ça me revient. Pas si simple. Je terminer d'ouvrir les yeux et je me redresse sur mon trône au milieu de ma chambre au Temple, pièce où seul Abaddon a la permission de se rendre.

La magie du Culte est bien active, j'ai le plaisir de ressentir ses effluves chaleureuses me parvenir depuis le monde des hommes. Mon feu est constamment nourri, comme si une brise soufflait tout doucement sur les braises, de façon régulière. Il allait falloir à présent puiser dans mon énergie.

Les Chevaucheurs ...

Abaddon croise les bras et me fixe, je lui fais signe d'attendre dehors, je n'aime pas que l'on me regarde jouer aux Efrits. Il quitte la salle et reste dans les parties communes, la lourde porte scellée de runes se referment dans son dos.

- Tu vas vraiment faire ça .. ?

La raison de mon besoin de solitude se manifeste, je savais qu'elle viendrait me chuchoter ses réflexions à l'oreille, une décision aussi inédite ne pouvait que titiller son envie de se jouer de moi. Je ne la regarde pas, c'est inutile, je sais qu'elle n'existe pas ... Une voix qui prend le dessus sur toutes celles de mes prédécesseurs.. Un jeune Efrit est normalement soutenu par les générations antérieures mais moi, je suis maudit, et seule cette garce de Yenepha se fait entendre. Et c'est toujours la même rengaine.

- Quel Onirique pitoyable nous avons-là .. et voilà que maintenant il faut faire des concessions pour obtenir ce que l'on désire de ses sujets ? Devoir baisser la puissance pour les rendre plus adaptés ...

Elle éclate de rire, j'attends qu'elle termine avant d'initier quoique ce soit. Par précaution. Elle siffle à mon oreille furieuse.

- J'espère que cela vaut le coup tsss ...


Et le silence revient.


Les torches s'éteignent et la chaleur grimpe dans mes poignets. Les runes Efrit sur mon corps se mettent à briller dans le noir du Temple. Je visualise la race que je souhaite atteindre. L'Onirique s'arrête et tourne son regard vers moi, attentif, surpris, curieux. Il ne faut pas longtemps pour que l'on s'accorde lui et moi. Ce sont les fils qui sont touchés les premiers, non pas que je le désirais mais il semblerait que les jeunes soient plus vite affectés.

Ils s'arrêtent dans leur activité et tournent leur regard vers le ciel, en attente. Ils sentent que quelque chose vient pour eux. Puis ils se tiennent les bras et sont parcourus d'un frisson, leur température interne vient de baisser et je lis l'incompréhension sur leur visage. Il me semble même qu'ils s'inquiètent .. Est-ce que Kursan a pris le temps de les prévenir ? Dans un élan de compassion je tends mon esprit vers le leur, pas plus d'une seconde, juste le temps de les apaiser. Leur esprit se tend à leur tour happé par ma présence et les deux plus âgés hochent la tête. Le doré de leurs iris s'atténue très légèrement. Leur respiration se coupe comme si on les plongeait sous l'eau et ils grelottent de froid. Une légère partie de leur énergie est arrachée, je la sens s'extirper de leur abdomen. Le rythme de leur respiration se fait plus calme, plus tempéré. Les mêmes événements se produisent bien vite chez Kursan.

Tous les Druides présents ont le regard tourné vers les fils. Eux savent en tout cas, le Maître leur a probablement parlé. L'une d'entre elles vient s'agenouiller devant l'aîné et lui prend doucement le main pour la réchauffer dans la sienne, un sourire rassurant aux lèvres.

- Comment vous sentez-vous jeune Prince .. ?

Je réalise avec une certaine pointe d'angoisse qu'il faut immédiatement tester s'ils sont toujours immunisés au Feu et je prends la main sur le territoire druidique sans grande peine pour y implanter ma volonté. Un large brasier s'allume de lui-même à quelques mètres d'eux. Les flammes sont gigantesques. Le second fils prend dans ses bras le nourrisson et regarde son aîné d'un regard entendu. Ils se dirigent ensemble vers les flammes. La druidesse se relève et a un mouvement vers l'avant comme pour tenter de les en empêcher mais je la retiens et elle se fige dans son élan.

Les trois fils plongent leur main dans mon feu .. Et les sortent indemnes. Des murmures approbatifs se font entendre. Le peuple reste onirique malgré une baisse énergétique et j'avoue en tirer satisfaction. Petit à petit les autres peuples sont arrivés pour assister à l'événement, tous ont senti que l'Onirique était en mouvement, un mouvement contraire à l'habituel. Une vingtaine de Prêtresses s'avancent, puis quelques Hydroz. D'autres Druides sont arrivés, tous encerclent les trois fils et les dévisagent.

Je tends à présent mon esprit vers l'une des Prêtresses qui aussitôt s'avance et se détache du groupe pour rejoindre les enfants Chevaucheurs. Elle se met à genoux devant eux et ouvre son sac pour en sortir des fioles. Sans un mot elles en ouvrent deux, mêlent les liquides à l'intérieur ensemble, souffle sur une troisième et entrechoque les tubes forgés en une fine couche de roche onirique presque translucide entre eux avant de refermer ses mains dessus. Quand elle les réouvrent, un cristal d'où se dégage une étrange fumée se tient à l'intérieur et les enfants sourient au tour de magie de la femme.

- Prenez mes jeunes Princes.

L'aîné ramasse le caillou et se penche dessus, le visage de son frère par-dessus son épaule lui aussi curieux. La Prêtresse se recule avant de lever un doigt devant ses lèvres et de murmurer un bref sort en langue onirique. La voix est menaçante et l'on devine facilement une attaque mais tous attendent pourtant sans réagir, ils savent que c'est un second test orchestré par mes soins.

Le cristal se met à raisonner en échos aux paroles de sa créatrice et il se brise brusquement. Les fils poussent un cri de surprise et leurs Hertz de jeune âge gardées non loin attachées se mettent à tirer et pousser des grondements furieux. Une vapeur glacée s'était répandue sur quelques mètres à partir du cristal fendu. Tous se sont reculés d'un bon mètre, le bras devant le visage. Le brasier que j'avais allumé s'est aussitôt éteint. Je sais que la température de cette attaque est de 0 degrés. La vapeur finit par se dissiper et ...

Les fils sont indemnes.

J'ai réussi.

Et je sens que Yenepha sourit.

La race des Chevaucheurs mâles n'est plus dépendante de la température et je réalise .. Que je viens aussi de régler le souci de la menace des shushus de glace.



[Bon anniversaire à notre rôliste <3 des bisous de toute l'équipe Kursan !!]
Revenir en haut Aller en bas
http://onigami.forumactif.com
Kursan



Messages : 57
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   Mar 24 Oct - 19:29

Ainsi la transformation allait avoir lieu. Kursan attendait dans l’arène des Chevaucheurs. Il n’avait pas pris le soin de prévenir ses fils de ce qui les attendait. Pas la peine, pas besoin de les inquiéter outre mesure. Si tout se passait bien, il aurait tout le temps pour leur expliquer la raison de ce changement… Si tout ne se passait pas bien par contre, il n’aurait possiblement plus d’avenir et ses fils non plus. Personne ne savait à quoi s’attendre.
Il se remi à attendre. Cette attente si longue. Insupportable. Pris d’un élan de clarté, il alluma un grand brasier au centre de cet espace. La peur du froid surement.

Puis il sentit le changement.

C’était étrange, presque comme si quelque chose venait s’introduire en lui. Une magie, une énergie qu’il n’aurait jamais imaginé pouvoir ressentir.Le brasier pris une dimension inquiétante à ses côté. Puis tout s’arrêta. Plus rien. Plus de magie ni de changement.

Voulant vérifier, il plongea son bras entier dans les flammes. Rien. Pas de douleurs. Alors si c’était fait, l’Efrit avait réussi. Une joie  sans commune mesure s’offrit à lui. Les possibilités devenaient sans limites. Fini les frontière. Fini la peur de s’aventurer au loin. Désormais les Chevaucheurs seraient les pionniers de l’exploration. Enfin ! Il pourraient retrouver leur place dans ce monde.

Aller de l’avant, toujours. Sans faillir. Levant la tête vers le ciel, il lâcha un long cri, puis, revenant à ce qui l’entourait, il balaya les flammes devant lui d’un coup de vent furieux.

Il chercha ses fils, par la pensées. S’assurant que tout allait bien pour eux. Il calma leur crainte, il apaisa les questions. Après tout ils restaient jeunes. il les incita à rester chez les Druides jusqu'à son arrivée. Il devait aller trouver Abaddon pour s'organiser. Savoir si ce dernier avait un message à transmettre à la reine. Et aussi pour rendre hommage à l'Efrit.

La prochaine étape consistait à partir. Au delà de tout ce qu’il avait pu voir. Il retournerai voir la Reine Ala. Il irait par delà le froid et le vent. Par delà ses faiblesses du passé. Pour renouer avec le passé. Cette idée le fit presque sourire, et il se promit de garder cette phrase sous le coude. Elle sonnait si bien après tout.

Puis chevauchant son Hertz, il prit la direction du palais de l’Efrit et d’Abaddon, pour organiser la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   Mar 24 Oct - 20:05

Derrière les lourdes portes, le Commandant demeurait songeur. L'issue de cette modification était presque devenue insignifiante face à la prédiction de Kysae, face à cette immense catastrophe qui les attendait. Il était persuadé que les Chevaucheuses ne seraient pas celles qui mettraient l'Onirique en péril mais... s'il se trompait ? S'il avait fait une erreur en commençant par ce peuple en particulier ?
D'ailleurs, il était possible d'aller plus loin en pensant que tout avait été prévu: le fait qu'ils exploreraient l'Onirique et qu'ils commenceraient par le peuple affaiblis: les Chevaucheurs, peuple affaibli par l'Ordre qui plus est. En suivant ce raisonnement... non, non. Abaddon fini par secouer la tête, chassant toutes ces idées noires de son esprit. Il préférait plutôt se fier à son instinct sur ce coup là. Il était certain que les Chevaucheuses n'y seraient pour rien et il avait d'ailleurs déjà ses suspects en tête... mais chaque chose en son temps.

Il retourna dans son palais et en s'installant sur le trône il pu sentir quelque chose venir à lui. Une sensation bien particulière... apparemment son tour était déjà venu. Son fils ne perdait pas de temps... bien. Et dans ce cas, cela signifiait sans doute que la modification avait eu le succès escompté. Le Commandant sourit légèrement alors qu'il sentit sa température interne légèrement diminuer. Une parcelle de son énergie s'échappa, tirée par le haut par cette force qui était venue à lui. Ce manque en lui... était loin d'être énorme mais cela restait une sensation étrange que de perdre ainsi en puissance. Pour le pire et surtout pour le meilleur, sans doute: il pouvait maintenant résister aux morsures du froid et... cela réglait-il le problème de ces fichus Shushus créés par l'Ordre ? Fort possible.

Bref, une autre chose à voir. Pour l'heure il ne fallait pas perdre de temps et immédiatement réunir les deux moitiés de la race des Chevaucheurs. Il envoya donc un message télépathique à Azrothar, ainsi qu'à son Second, les signifiant tous deux que s'ils étaient prêts, ils partiraient sans plus attendre.
Et ce fut le cas. Kursan prit donc avec lui son fils le plus âgé, désormais prêt pour ce genre de voyage.

Ce second voyage fut d'ailleurs beaucoup plus aisé que le premier, évidemment. Les organismes supportant mieux les gradient décroissants de température subissaient moins la fatigue. Abaddon avait déjà assez bien supporté la première expédition mais cette fois-ci même les deux Chevaucheurs ne semblaient pas s'épuiser ce qui prouvait bien que le changement avait fonctionné. Enfin une bonne nouvelle.
Bientôt ils arrivèrent à atteindre leur premier point de contrôle, celui où Kursan avait trouvé le premier dragon et où le vent soufflait bien fort, la température avoisinant les 0 degrés.
Le Commandant souriait en coin. Il devait bien l'avouer, malgré cette petite baisse d'énergie il était bien agréable de ne plus grelotter devant le froid.
Revenir en haut Aller en bas
Kysae

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 16

MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   Mar 24 Oct - 22:08

[Remplaçante pour Azrothar]

Un charmant voyage en famille. À l'arrière je marche en silence, guidé par mon père et son second qui ont l'avantage de connaître ce chemin qui s'éloigne peu à peu de mon champ d'activité. La sensation est .. spéciale. Les couleurs se fanent, le temps est mou et ne se soucie d'aucune logique, une partie nécrosée de l'Onirique, oubliée. Les degrés baissent et je me garde bien de faire le moindre commentaire sur le sujet, il ne manquerait plus que l'Efrit se plaigne d'un manque de confort ... Puisque oui, effectivement, je suis actuellement le plus à plaindre des quatre et même le gosse de Kursan semble plus à l'aise que moi dans ce vent et ce froid.

- C'est charmant, ici, non vraiment hein.

Je rapproche mes mains de ma bouche et souffle dessus. Encore heureux que je ne manque pas de tomber en rupture d'énergie, un malaise ça aurait été parfait pour ma dignité.

- Et maintenant ?

À ma grande stupéfaction on était à l'arrêt depuis plus de dix minutes. Les mains sur les hanches ils contemplaient le ciel en parfaite sérénité pendant que je me glaçais le cul en retrait.

- La Reine ne devrait pas tarder.

Ce ton je le connaissais. C'est celui qu'il utilisait pour balancer de petites certitudes au hasard mais avec beaucoup d'aplomb dans la voix pour mieux nous faire avaler la pilule. Mon père dans toute sa splendeur. Je m'avance au bord du cratère et jette un œil au cadavre de dragon.

- S'il n'a pas brûlé c'est que son énergie stagne et attend de pouvoir rejoindre le fleuve des morts. La zone est réellement abandonnée de tout contrôle onirique..

Je me passe volontiers de rectifier le tir, si on devait attendre une heure ici en plan autant que je conserve mon énergie. Quoique, une heure, j'espérais moins. Ou je risquerais d'être de mauvais poil.





4h plus tard - Nuit noire sur la zone.

Je suis plus mort que vif. Le fils de Kursan ennuyé par l'attente s'était assoupi contre le tronc d'un arbre crevé et quant à moi, j'avais adopté une position de pseudo méditation, jambes croisées, pouce et majeur en cul de poolay. Quelques boules de feu flottaient dans mon dos en cercle et me rapportaient un infime réconfort de chaleur dans ce coin hostile que je hais de plus en plus.

Je sentais qu'Abaddon me regardait. De l'inquiétude pour son fis ? Ou alors il se retenait de rire de ma situation. Dans tous les cas autant se redresser et prendre une décision parce que, là, j'en avais plein le cul.

- Elle ne viendra pas, on avance. Je finirai par les percevoir.


On avait parcouru une trentaine de mètres avant que Kursan ne réalise avoir oublié son fils contre l'arbre. Marche arrière, réveil en douceur, on repart. Mort de rire les Chevaucheurs alors.

Le froid s'accentue si bien que je peux deviner les degrés perdus à chaque pas. On atteignait facilement les -15 et je surveille d'un œil le résultat de l'amélioration apportée à mes sujets. Ils avaient froid, ils n'étaient pas à l'aise, mais ils ne mouraient pas. C'était une réussite. Moi en revanche, je sens que j'atteins un point de chute libre et que je ne vais pas tarder à réclamer à mon organisme de puiser dans les réserves de secours. Néanmoins je ne dis rien.

Le paysage se répète inlassablement. Les mêmes couleurs, les mêmes trous, les mêmes dragons crevés. J'étais sur le point de piquer une gueulante quand je l'ai enfin sentie.

- Un dragon approche, une cavalière sur son dos.




Les présentations furent brèves. Elle n'était pas bavarde et n'appelait qu'aux actes. Puisque nous proposions une modification de sa race, inutile d'attendre plus longtemps, elle voulait des résultats. N'oubliant cependant pas le respect au milieu de cette précipitation, c'est avec une légère révérence qu'elle me propose sa monture tandis qu'elle guiderait à pied le Commandant et les deux Chevaucheurs. Je n'allais pas refuser un si beau geste. Au moins si je tapais un malaise, on ne me verrait pas.

J'allais arriver avant le reste de l'équipe, j'en profiterais pour causer avec le peuple. Je suppose que mon père profiterait quant à lui du trajet pour tenter d'engager la conversation avec la Reine. Peut-être même que Kursan allait entamer une parade nuptiale et arracher une jambe de son fils avec les dents pour le spectacle avant de hurler sous les étoiles et ...

Est-ce que le froid ne serait pas en train de me déconcentrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Kursan



Messages : 57
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   Mar 24 Oct - 23:16

Cette longue attente avait apaisée les doutes de Kursan sur sa transformation. En effet même si il savais que sa résistance au feu était encore présente, il avait toujours eu ce petit doute sur celle au froid. C’est donc avec une sérénité parfaite qu’il avait patienté devant le trou du dragon. Contrairement à Azrothar qui, visiblement, n’avait pas du tout aimé ça. Il se garderait bien de lui faire remarquer, mais le visage de l’Efrit trahissait un énervement croissant.

Quand enfin ce dernier ouvrit la bouche ce fut pour annoncer l’arrivée de la reine.  Après les échanges de courtoisies simples, mais nécessaires, Kursan suivit du regard l’Efrit partir à dos de dragon, non sans une pointe de jalousie.

Marchant aux côtés de la reine, il engagea la discussion, tournant la tête vers la reine.

- Vous êtes la seule dirigeante ?

La reine leva la tête vers le ciel avec un sourire :

- Il dirige avec moi.

- Je vois. Tous vos dragons sont aussi imposant ?

- Il est le dernier de cette taille. Avec les années, les dragons sont devenus plus petits. Certains ne volent plus. Nous avons encore cependant quelques beaux spécimens.

- Pardonnez ma curiosité, ou mon audace peut-être, mais pensez vous que je pourrais m’entretenir avec eux ?

- Je l'espère. Car si ce n'est pas le cas, je refuse de vous suivre. Nous procéderons à l'essai sitôt que nous serons au village.

- Hum oui, je suppose que c’est une certaine vérification de votre part, devant prouver le fait que nous appartenons au même peuple, bien qu’éloigné. Votre village accueille combien de Chevaucheuses à peu près ?

- Nous sommes un peu plus de quatre-vingt.

- A notre époque de gloire nous étions six cent ou plus, puis nous avons chuté lentement. Jusqu'à nous maintenir à un peu plus d’une centaine. Puis nous avons chuté. A ce jour nous sommes quatre. Mon premier fils est avec nous. Premier enfant depuis la chute. Nous nous reconstruisons lentement, et la découverte de votre peuple ne fait que renforcer notre motivation. Savoir que quelque part nous ne sommes plus seul. Êtes-vous aussi un peuple de guerrières ? Où vous basez vous plus sur la magie ?

- Nous sommes des guerrières. Nos dragons crachent du givre et peuvent invoquer des tempêtes de grêles dévastatrices et nous pouvons ne faire plus qu'un avec nos montures, mais les Chevaucheuses combattent principalement à la lance depuis les Cieux ou à l'épée au sol.

Kursan gardait un oeil sur son fils. Ce dernier semblait un peu fatigué par le voyage. Le physique n’avait jamais été son fort. Puis Kursan tourna la tête vers Abaddon, ce dernier était comme d’habitude perdu dans l’examen méticuleux du fessier de la reine. Se raclant la gorge, il se tourna complètement vers Abaddon.

- Tu semble avoir beaucoup de question mon ami, pose les, pendant que je m’occupe un peu de mon fils.

Puis il se retourna vers la reine, s’excusant un peu, puis tourna la tête vers son fils qui n’avait visiblement jamais autant marché de sa vie.

Revenir en haut Aller en bas
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   Mer 25 Oct - 0:16

Cela avait étonné Abaddon mais il semblait que son fils ne supportait que très mal ce froid. Après plusieurs heures d'attente, il était évident pour tout le monde que cette situation affectait à la fois son physique et son moral: sans doute ne voulait-il pas être vu dans cet état. Il l'avait simplement regardé, sans un mot, ne voulant pas le descendre plus bas qu'il ne l'était. Cependant il était certain qu'il irait bien... le froid n'aura pas raison de leur Efrit, n'est-ce pas ?

Ils reprirent finalement la route. Kursan posa rapidement ses questions à la Reine, des questions qui intéressaient aussi Abaddon et qu'il était sur le point de poser. Quatre-vingt Chevaucheuses et leur dragons, maîtrise du givre et du froid, certains dragons ne volent plus pour se rapprocher des Hertz et à ils avaient vis-à-vis de leurs montures les mêmes relations et capacités que les Chevaucheurs actuels. Compris.
Bien que toutes les informations étaient intelligiblement comprises par le Commandant, il semblait ailleurs, la tête légèrement baissée. Non pas qu'il reluquait le boule de la Reine, mais il était encore en train de réfléchir à cette futur guerre civile. Cette affaire occupait absolument tout son esprit, et bien qu'il soupçonnait fortement les "Prêtres" -d'autant plus que la Dirigeante Prêtresse avait été accusée d'être un peu trop sympathique avec Edwel-, il se disait presque que c'était trop évident. Alors que croire ?

Finalement, c'est la voix de Kursan qui vint le tirer de sa torpeur. Il allait maintenant rejoindre son fils... sans doute s'était-il dit qu'après tant de temps à ne pas se préoccuper de sa progéniture il fallait légèrement rattraper le coup. Abaddon prit donc la parole, décidé à poser des questions sur le sujet qui en ce moment lui trottait dans la tête -voire l'obsédait ?-: l'Ordre du Renouveau.

Ces personnes sortant des portails, depuis combien de temps vous attaquent-ils ?
Et auraient-ils tenté de parlementer, avant cela ?


Les attaques ont commencé il y a près de six mois. Il n'y a pas eu de dialogue,
pas de mot échangé.


Alors ils ne cherchaient pas encore "d'alliés" au sein de l'Onirique. Ou alors les avait-il déjà trouvés ? Difficile à dire.

Je vois... et hormis sur les Dragons, ont-ils installé d'autres camps ou machines ?

Ils ont d'abord tout fouillé en nous ignorant et ensuite, ils ont pris nos dragons.
Il y a eu beaucoup de camps établis autour de notre territoire.


J'imagine que vous ignorez ce qu'ils y faisaient ?

Ils ont creusé des galeries. Profondes et gigantesques.

Des galeries. Exploitaient-ils de la pierre Onirique ? Ou alors ils cherchaient quelque chose, comme cette porte disparue dans l'Onirique depuis longtemps, qu'Anah avait évoqué et dont ils n'avaient plus jamais entendu parler.
En tous cas, pour ce qui était de la pierre, ils auraient rapidement besoin de l'exploiter eux aussi et de commencer à en faire des armes. Il avait le sentiment que rien de ce qu'ils ne feraient pourrait empêcher cette guerre d'arriver.

Et concernant la roche noire présente sur vos terre territoire, l'exploitez-vous ?

Nos maisons et nos armes proviennent de cette roche. Nous avons déjà tout ce qu'il nous faut chez nous. Les montagnes sont inépuisables.

Alors vous avez des armes fait en cette matière, bien. Nous en rediscuterons mais nous en aurons sans doute bien besoin à l'avenir.

Au moins, ces Chevaucheuses étaient déjà habituées à se battre avec la roche Onirique, c'était une bonne chose. Avec
toute cette parlotte, ils avaient d'ailleurs déjà fait un sacré bout de chemin, et arriveraient bientôt à destination.
Revenir en haut Aller en bas
Onigami
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 23/07/2017

MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   Mer 25 Oct - 14:07

Après une demande pressante de la part de Fi - la Maîtresse Hydroz - Abaddon est rentré en urgence dans la nuit. Une Veilleuse avait été repérée dans la Réalité. Peu de temps après, des portails ont été ouverts à travers tout l'Onirique et c'est au tour de l'Efrit de devoir quitter la scène.

- L'Ordre prend la main sur l'Onirique .. il paraît que c'est un cas de force majeur, on doit rentrer. Maintenant.

La Reine concernée par les événements qui semblaient d'importance, se porte volontaire pour les accompagner et les soutenir. Elle reçoit elle seule la modification raciale de l'Efrit et part avec les deux Chevaucheurs et Azrothar. Azrothar retourne à son Temple. Les Chevaucheurs sont consignés en territoire Druidique.

L'Ordre diffuse un message qui se répète en boucle à travers de petites sphères bleues flottantes. Non seulement en territoire voyageurs mais aussi à travers les peuples.


Citation :

Une criminelle pratiquante du Culte a commis plusieurs meurtres au sein de la Réalité avant de disparaître en ouvrant délibérément une faille après que le Commandant Onirique ait tenté par deux occasions d'entrer en contact avec elle et ce, malgré les avertissements de l'Ordre du Renouveau. Le Culte est un crime contre l'humanité et l'Ordre est en droit d'intervenir. Toute entrée ou sortie de l'Onirique sera contrôlée. Les peuples seront interrogés ainsi que la Cité Cyrise. Toute information doit être communiquée au plus vite à un agent. Si vous vous rendez complices, établissez un lien quel qu'il soit avec la criminelle, ou si vous vous lancez à sa recherche, il est de notre droit d'agir en conséquences. En revanche toute aide apportée sera récompensée. L'Onirique est sous surveillance et ce, jusqu'à ce que la Veilleuse soit retrouvée et arrêtée.

Merci de votre compréhension.
Le Conseil.
Revenir en haut Aller en bas
http://onigami.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une amélioration... risquée ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une amélioration... risquée ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amélioration de mon HYPER 8
» [Black Legion] Amélioration Stalker
» [MOD] Amélioration de la batterie
» [INFO]Amélioration Samsung galaxy S II
» Préparation moteurs (amélioration perfs)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onigami :: Ferme les yeux. :: Onirique-
Sauter vers: