Support écrit d'une large - et complexe - trame dofusienne sur le serveur de Brumen ( rp ouvert & fanfiction à partir du BG officiel et à l'échelle du Krosmoz ! )
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Défense de l'Onirique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Telia

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 03/11/2017

MessageSujet: [Défense de l'Onirique]   Ven 3 Nov - 12:26

Sur le territoire druidique un rassemblement a lieu. Les Chevaucheuses ont bien avancé les travaux et des premiers édifices à l'architecture encore jamais vue dans l'Onirique ont commencé à s'élever, sortes de temples tout en longueur et hauts de quelques mètres dont l'intérieur est tapissé de verdure et d'eau chaude. Les toits sont plats et permettent aux dragons de s'y poser, leur assurant une position en hauteur inaccessible à ceux qui n'ont pas d'ailes. Si la plupart des guerrières ont préféré ne pas perdre de temps et poursuivre leur travail, certaines sont venues en sentant l'invitation donnée par l'Efrit. Du sang était réclamé, une offrande pour un sorte de magicienne humaine qui maîtrisait la sorcellerie onirique à haut niveau et qui garantissait de pouvoir boucler les accès à l'Onirique. Et en cette période de guerre déclarée, il s'agissait plus que d'une nécessité.

Une Veilleuse .. la plus ancienne famille de cultistes du Rêve.

On avait creusé un peu à l'écart du village des Druides un large renfoncement dans le sable profond d'une vingtaine de centimètres et tous s'avançaient autour pour s'ouvrir le poignet et y laisser le précieux liquide doré s'y écouler. Au centre, une fille était debout. Pas bien grande ni imposante, elle avait les yeux fermés et on ne distinguait surtout que sa petite touffe de cheveux bleus bouclés qui encadrait son visage quasiment enfantin bien qu'on pouvait la deviner jeune adulte. Peu à peu le sang s'écoule jusqu'à ses pieds, et puis le niveau monte. Il aura fallu un peu plus de quatre heures pour récolter de quoi le remplir. Le spectacle était plutôt inattendu et d'une certaine beauté et après leurs offrandes, les êtres oniriques s'agenouillaient ou s'asseyaient autour du bassin, décidés à observer la suite.

Quand elle a réouvert ses yeux sa bouche s'est mise à articuler des mots à toute vitesse dans un effort de concentration évident et peut-être même douloureux. Les poings serrés le long de son corps, raide, le front creusé, elle parle sans s'arrêter dans un accent onirique parfait et plus les mots s'enchaînaient plus on pouvait sentir l'Onirique ... y réagir ? La surface d'hémoglobine du sang se met à se couvrir de petites bulles .. Il se mettait à bouillir sous les yeux ébahis des spectateurs qui n'avaient pas même idée qu'un sang doré pouvait être plus chaud à ce point.

Et tout s'est mis à se dérouler au ralenti. Elle a levé les bras en l'air et le sang s'est projeté lui aussi pour se mettre à jaillir mais les éclaboussures se sont figées dans leur mouvement. La fille elle seule conservait sa vitesse normale tandis que les bouches des êtres oniriques s'ouvraient peu à peu en grand pour pousser des cris s'exclamation. Là, c'était impressionnant. C'était une sorte de danse au milieu de ce tableau de sang qui continuait de lentement voltiger. Elle dansait, tournait sur elle-même, accompagnait une énergie invisible avec ses bras comme pour la faire circuler .. ailleurs ? Autrement ? Et puis le temps a repris ses droits et lorsque la pluie d'hémoglobine est retombée dans le bassin, la fille a disparu.

Le bassin lui a retrouvé son calme plat bien qu'il fumait.

Plus tard l'Efrit a parlé en l'esprit de chacun ... : Tant qu'il y aurait du sang à l'intérieur, l'Onirique sera protégé. Ainsi il faudrait veiller à ce que jamais le niveau ne descende trop bas, évaporé par l'Onirique qui puise en lui la magie nécessaire à sa fermeture.

Le passage vers la Réalité, ou vers l'Onirique, est fermé. Seules les failles peuvent être encore utilisées pour se frayer un chemin vers l'une ou l'autre sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Kursan



Messages : 57
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: [Défense de l'Onirique]   Ven 3 Nov - 17:15

Une fois que le rituel de fermeture fut terminé, Kursan s'en retourna, il avait fort à faire, avant que l’Ordre ne se rende compte que les voies étaient fermées. D’abord le Dirigeant Druide.
C’était peut-être celui avec lequel il aurait le plus de mal… Émotionnellement, et physiquement. Le Maître ne posa étonnamment pas de soucis, explication poussée sur les pouvoirs des Druides, sauf sur certain point. des choses inutiles aux batailles et qui ne concernait certes pas les autres peuples. Notant tout ça dans un coin de sa tête, Kursan leva le camp. Plus que deux.
Pour chacun des autres peuples, il pris le temps de comprendre les forces et faiblesses, dressant mentalement des simulations de batailles, et d’escarmouches, visualisant les atouts de chaque peuple.
Cela lui pris la journée. Chaque Dirigeant avait son mot à dire, sur sa jeunesse, sur son inexpérience. Les pires auront été les prêtresses… La dirigeante lui avait fait part de ses doutes quand à sa capacité à diriger les troupes.

- Je ne dirigerai pas. Pour le moment je me contente de faire un tour de nos forces. Et je n’oublie pas que c’est Abaddon qui devra commander. Hors il est retenu ailleurs pour le moment. Si la bataille a lieu alors qu’il n’est pas encore rentré, j’irai en première ligne. C’est le rôle des chevaucheurs.

La prêtresse pinça les lèvres, mais ne fit pas de commentaires. Kursan n’insista pas. Ce n’était pas le moment de faire la fine bouche. Les peuples sentaient que tout était sur le point de basculer. La peur ? La crainte ? Ou juste une appréhension qui semblait poindre sous ce sourire ?
Tout au long de sa journée il avait récolté des doutes et des peurs qui ne lui appartenait pas… Retour au territoire Druide, pour ses enfants. Changement de plan.
Après les avoir rassemblés les trois, il les emporta au territoire Chevaucheur. Avant de s’enfermer dans la salle de son père. Faisant un compte rendu précis des forces dont l’Onirique disposait actuellement.La guerre était aux porte de l'Onirique. L'Ordre pouvais frapper n'importe quand, et il avait bien l'intention de les repousser.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Défense de l'Onirique]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouver de bons espressi à La Défense
» Venet, "Doubles lignes indéterminées", 1988, acier, La Défense
» Paris: Fontaine à la Défense
» Paris - Arche de la Défense - Tour Eiffel
» Tarsem Singh un réalisateur onirique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onigami :: Ferme les yeux. :: Onirique-
Sauter vers: