Support écrit d'une large - et complexe - trame dofusienne sur le serveur de Brumen ( rp ouvert & fanfiction à partir du BG officiel et à l'échelle du Krosmoz ! )
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Combat] Je viens me battre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ala - Reine Chevaucheuse

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 25/10/2017

MessageSujet: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 1:19

L'entraînement des druides réclamé par Abaddon se déroulait bien. Une trentaine de jeunes s'étaient présentés à l'arène des Chevaucheurs, lame à la main, prêts à croiser le fer avec mes filles.Voilà une journée entière qu'ils défilaient, alternant entre brèves pauses et combats acharnés. Plus lents et moins endurants, c'était indéniable. Force de frappe correcte mais trop hasardeuse, les coups cognent mais ne se concentrent pas en un point déterminé au préalable. Une grande énergie aussi est gâchée au niveau de leur équilibre, contrairement à mes filles qui passent d'une jambe à l'autre avec la grâce d'une danseuse .. jusqu'à ce que leur lance parte avec la puissance d'un souffle de dragon.

J'ai eu le plaisir de voir du coin de l’œil le fils aîné de Kursan échanger quelques passes lui aussi avec les guerriers druidiques. Force est de constater que ce jeune Chevaucheur est entraîné et qu'il sait où il va. De temps à autres je scande un conseil ou approuve d'un regard entendu la qualité des combats. Cet entraînement était une bonne chose, un bon moyen pour me changer les idées et penser à autre chose … que cette affaire de mariage. Voilà une chose que je n'ai pas vu arriver il faut l'admettre …

Une Chevaucheuse fait tourner sa lance dans sa main, défiant son adversaire du regard. Un peu penchée en avant elle lui fait signe de sa main libre d'approcher et passe rapidement sa langue sur ses lèvres. Le druide fonce et d'épaisses lianes hérissée d'épines dévoreuses d'énergie sortent du sable de l'arène pour se précipiter en avant première sur elle. Ma fille court en arrière à toute vitesse avant de faire volte face et de bondir en arrière. Très bonne détente. Elle lève un bras puissant après avoir pris une belle hauteur et lance son arme de jet de toutes ses forces à travers les lianes et racines qui s'étaient levées à la poursuite de leur cible.

La lance fonce. Le tir est précis. Je plisse les yeux en observant avec une pointe d'inquiétude la réaction du druide qui me semble trop lente pour parer le coup. Je n'interviens cependant pas, je veux attendre le dernier moment pour être sûre de lui laisser toutes ses chances et …

Quelqu'un vient de s'interposer. Une téléportation au cœur de l'arène à quelques centimètres devant le guerrier, j'ai vu la lance s'arrêter net d'un coup de mâchoire, le métal se fendre et éclater en miettes sous les crocs de cette fille. De longs cheveux couleur feu et ondulés aux racines noires, des yeux écarlates, son apparence ne me dit rien et je lève lentement la main pour réclamer la fin des combats. Elle se tourne face à moi .. sa jeunesse me frappe. Elle doit avoir l'âge du fils de Kursan. Le teint basané et habillée .. d'une simple chemise de nuit, pieds nus. Si l'on oubliait les crocs et son regard elle avait tout d'une petite fille égarée.


- Qui tu es, et qu'est-ce que tu veux ?

Elle semble invoquer une arme au bout de son bras en guise de réponse .. la paume de sa main paraît s'ouvrir et des filaments osseux en sortent pour se rassembler et former petit à petit .. une très longue épée, le manche et la lame épais. L'arme est massive, bien trop grosse pour la corpulence de la jeune fille et pourtant elle la soulève sans me lâcher du regard … la lame est plus grande qu'elle et pèse probablement son poids .. elle la pose, le tranchant face à son épaule et je m'attends à voir couler du sang, mais rien.


- Kursan est là … ? On devait se battre …

Un défi. Elle refusait de me donner son nom et se permettait en plus de venir chercher les Chevaucheurs sur leur propre territoire. Tous sont tournés vers nous, silencieux. Mes filles sourient en coin et se reculent peu à peu pour dégager l'arène. Des regards excités, presque animaux, elles avaient envie de voir du combat.




Je n'ai pas besoin de lui répondre.


Au lieu de ça je m'avance en dégainant ma propre épée, simple lame destinée à l'entraînement. J'acquiesce et vient cogner dans son arme à elle en signe d'acceptation du défi. Aussitôt derrière je lui enchaîne un coup de tête et une droite. Mon crâne lui explose le nez et elle n'a pas le temps de réaliser, que mon poing lui souffle le visage et la projette au sol. Les filles sifflent, l'arène s'agite et l'Onirique intéressé par les défis se met à nous gratifier d'un ciel d'or et d'une chaleur suffocante.

Je ne lui laisse pas le temps de se relever et saute sur son dos, la lame prête à lui traverser l'épaule mais la fille tend un bras et me saisit à la gorge avant de me faire basculer à mon tour sur le dos en poussant un cri de rage. Je perds prise vite déstabilisée, surprise de sentir ma respiration se couper sous sa poigne. Le choc dans le sable n'est pas vraiment rude et j'envoie mon pied dans son visage pour lui faire lâcher prise. En prenant le coup elle se relève d'un bond sur ses jambes. Mes yeux s'écarquille. Elle réalise un salto avant sur place et profite de l'élan obtenu pour attraper son épée à deux mains et l'envoyer sur moi.

Si je n'avais pas réussi à parer ce coup.

Mon corps aurait été tranché net en deux.

Le choc soulève de part et d'autre deux tempêtes de sable en longueur jusqu'à l'autre bout de l'arène. Les filles hystériques vocifèrent poings levés.

Attaquant sur son flan au sortir de l'attaque je déchaîne une série de coups rapides visant son visage, son abdomen puis l'arrière de ses cuisses. Elle lève son épée et se protège des premières attaques en pointe avant de décoller une nouvelle fois ses pieds du sable pour littéralement bondir en hauteur, les jambes repliées, juste ce qu'il fallait pour passer au-dessus de mon attaque en tranche. Le style et la vitesse sont au rendez-vous et je ne peux m'empêcher d'admirer l'ouvrage. Une fois dans les airs je brise net mon élan pour me rapprocher sans prévenir avant la fin de mon attaque. Je tire une épée plus courte à ma ceinture et lui entaille les cuisses, sévèrement. Je m'attendais à ce qu'elle s'effondre en retombant au sol suite à une faiblesse de ses jambes mais non seulement elle ne fléchit pas mais elle revient chercher le contact au lieu de prendre du recul.

Son coude m'éclate la mâchoire, je crache un long jet de sang et je perds mon épée la plus longue. Sa vitesse de pointe et son inflexibilité avaient de loin dépassé mes pronostics. Je sens son épée m'effleurer la taille alors que je plonge au sol, ma lame courte incapable de repousser une attaque directe. Elle se briserait très probablement. Je sais que je suis touchée et qu'elle s'apprête à frapper de nouveau aussi je me redresse et l'attrape à la taille pour violemment l'envoyer cogner contre l'un des piliers de pierre de l'arène. La colonne se brise sous l'impact et je la lâche aussitôt en espérant la voir dégager sur une dizaine de mètres … mais elle lâche son épée et ses deux mains s'agrippent à mes poignets. En plein vol elle se retient à moi et je croise son regard. Un regard calme et pourtant … bouillant. Elle tire sur ses bras. Son corps se plie en deux, elle prend appui sur mes épaules et disparaît dans un nouveau bond en direction de la colonne en plein éboulement.

Je plisse les yeux et en profite pour changer d'épée, reprenant la plus longue. L'une de mes filles hurle :

- PIERRE !

Je regarde vers le nuage de fumée dû à la chute et me penche de justesse pour éviter un roc de deux cent kilos. Elle me balançait des pierres. Je change une nouvelle fois d'avis et ramasse sa propre arme que je soulève au prix d'un effort monstrueux à deux mains, prête à éclater chaque projectile qu'elle m'enverrait …

Le combat s'est éternisé .. durant plus d'une heure … cette fille était increvable … Avalant les coups sans ciller. Le visage en sang pour ma part .. nos épées de nouveau dans nos mains respectives s'entrechoquent, crachant des jets d'étincelles et un concert de crissements infernaux. Mon crâne était ouvert et les écoulements me brouillaient la vue. Je ne parvenais plus à la toucher, ni même je le crains .. à l'effleurer. Petit à petit elle s'est habituée à mon style de combat … mémorisé mes coups préférés .. La voilà qui anticipe à présent et ne s'essouffle pas d'un soupir en réalisant des esquives précises. Moi je le sais, je commence à ralentir.

La voilà de nouveau sur moi. Je mange le sol mais je tends ma lame en avant pour l'empêcher de se ruer sur moi pendant que je suis à terre. Elle a pourtant foncé en criant et sa jambe est parti en coup de pied retourné. Mon poignet s'est brisé net, désarmée. Elle m'attrape ce même bras, main droite sur mon os cassé, son autre main un peu après mon coude. Je la frappe au visage mais elle se contente d'encaisser avant de me désosser d'un seul geste plus que maîtrisé. Je sens que mon coude saute et je hurle de douleur. Poignet en miettes. Non seulement elle ruine mon articulation mais l'os de mon avant-bras s'arrache de sous ma peau pour sortir à l'air libre. Mon cri de douleur se coupe net tant je suis ahurie.

Un coup. Deux coups. Trois coups. Elle se venge. Son crâne s'abat sans me laisser le temps de respirer et je sens mon visage céder peu à peu, démonté.

Je suis probablement méconnaissable … Je ne suis plus capable du moindre mouvement … Je ne vois de toute façon plus rien, mon faciès boursouflé et couvert de sang. Sa nuisette blanche … est détrempée … pourtant je ne crois pas que elle ait saigné … Peut-être qu'elle ne peut pas saigner après tout parce que .. je l'ai tout de même amochée ..

J'arrive à tourner la tête .. je crois que je perçois le fils aîné de Kursan .. Le noir complet. Je sombre. Elle elle s'est redressée face aux Chevaucheurs.

L'arène est muette.
Revenir en haut Aller en bas
Kursan



Messages : 57
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 2:16

J’ai vu le combat. Sa force. Sa puissance. Rien que je n’avais vu auparavant. Je croise le regard d’Ala avant qu’elle ne s’effondre. Elle est méconnaissable. Le visage en sang. Vidée de ses forces.
L’arène muette semble crier à mes oreilles. Le silence me perce les tympans et pourtant je suis figé. Mon père est absent, et c’est à moi de réagir. Je suis le Prince, la reine est hors combat. A terre. C’est à moi de prendre les choses en main. J’ai peur. Peur de la fille, qui semble trop sûre d’elle.
Bouge.
Parle.
Fait quelque chose, bon sang !

Je me force à lever la main, réclamant l’attention de tous.
Bordel que dire ? Jamais je n’avais anticipé devoir prendre maintenant mes responsabilités. Pas tant que mon père serait vivant. Mais il n’est pas là.
La combattante n’a pas l’air aggressive. Elle semble … Attendre la suite.

- Que quelqu’un s’occupe de la reine. Menez la dans ma tente, et veillez à son rétablissement.

Deux de ses filles l’emmène. Je sens leurs regards se poser sur mon dos. Lourd. Il me font presque mal.

Du coin de l’œil je vois Abaddon, qui entre dans les gradins et s’installe. Pas d'inquiétude dans son regard. Bien. La fille a beau être étrange, si le commandant est là, ça me rassure. Je lui adresse un salut de la tête avant de me diriger vers la fille.

Je n’ai aucune chance. C’est clair net et précis. Je vais perdre ce combat. La reine est déjà beaucoup plus forte que moi et elle a été battue. Mais il faut honorer les traditions. Tout le monde sait que je vais perdre. Mais je dois le faire. Parce que je suis Prince.

Très lentement je tire mon épée. Et je m’avance. Est-ce un tremblement dans ma main ?

- En tant que Prince Chevaucheur, je représenterai mon Père. Je vais vous offrir le combat demandé.

Je tremble. Rappelle toi de l'entraînement. Pas de sentiment. Pas de fureur.
Père, pourquoi tu ne m’a jamais appris ça ? Le combat et notre histoire je conçois que c’est important à tes yeux. Pensais-tu toujours pouvoir être là ?

La fille pose ses yeux sur moi. J’accepte le duel de regard.

Elle semble si jeune. Si fragile.

Je tend mon épée, et frappe le bout de sa lame, tout comme la reine avant moi.




Douleur.
Je me retrouve au sol.

Je suis incapable de continuer.

Malgré mes entrainements, je n’ai rien pu faire. Rien. Cette fille est d’un autre niveau, j’ai mangé des coups, du sable. Je me suis relevé beaucoup de fois. Mais cette fois c’est fini. Je n’ai plus de force, et la sienne est écrasante.
Je me redresse à moitié, m’appuyant largement sur mon épée.  
Parler me fait mal.
Ouvrir la bouche me fait mal.
Mon corps entier est douleur, et pourtant je me force à lever les yeux vers elle. Cette beauté frigide qui me regarde, attendant que je me redresse ou que je m’écrase. Je lui trouve une beauté étrange. Et pourtant, quelque chose en elle me fait peur... Je voudrais m'écraser et sombrer. Me redresser et combattre...

Mais je reste à genoux devant elle :

- ... J’ai perdu...

Accepte cette force. Je ne peux rien faire de plus.
Je lève mes yeux sur elle. Elle est magnifique mais inquiétante. Je me force encore une fois à parler.

- Quel est ton nom ?

Je n’ai plus de force. Plus le temps d’entendre la réponse. Je m’écrase au sol.

Puis…

Le noir complet.
Revenir en haut Aller en bas
Kysae

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 16

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 2:57

J’entrouvre à peine les lèvres surprise par la question de ce garçon mais il s'effondre avec que je ne souffle le début d'une réponse. Son corps ne tient plus, l'énergie s'est figée et son sang s'épaissit peu à peu pour le plonger dans une sorte de sommeil noir réparateur, une hibernation d'urgence déclenchée par les sursauts paniqués de ses fonctions vitales. Dors et vis, ne cherche plus à te battre, voilà le message imposé par son organisme. Muette je le regarde quelques secondes .. J'avais apprécié son courage. Il avait répondu au défi alors que rien ne l'y obligeait, juste parce qu'il se devait de représenter son père. Je n'ai jamais porté le peuple des Chevaucheurs dans mon cœur étant humaine mais alors que je me trouvais là, debout au milieu de leur arène à les dévisager tous, je sentais poindre en moins une once de sympathie sincère ...

Ces deux combats avaient été délicieux. J'ai aimé les affronter .. J'ai aimé les mettre à terre. Leur souffrance, leurs cris et leurs coups rendus .. Je suis plongée dans un état entre l'extase et l'étonnement. C'était un peu comme si soudainement je me sentais chez moi à baigner dans un sang onirique qui n'était pourtant pas le mien. Est-ce si simple de s'intégrer au Rêve ? J'ai eu l'impression de me débattre dans le noir durant des mois étant humaine .. à vouloir apprivoiser ce pouvoir qui me semblait si compliqué, si plein de compromis quant à ma vie .. Mais là, tout était parfait. Fluide. Limpide.

Je connaissais ma place sans avoir à la chercher. Je ne me posais plus toutes ces questions. Je suis une Entité de guerre et j'appartiens au Plan Astral. Ce n'était certes pas prévu au programme mais il en était ainsi. Et je protégerai l'Onirique jusqu'à ce qu'Edwel soit défait. Peut-être plus tard pourrais-je reprendre ma nature angélique et diriger la Tour comme convenu mais en attendant, le destin en avait voulu autrement.

Je me laisse tomber à genoux dans le sable et je passe ma main dans les cheveux de ce fils aîné pour lequel je n'avais que de la bienveillance. Le geste est naturel, sous le coup d'une sorte de pulsion, mais une Chevaucheuse s'avance aussitôt en braquant la pointe de sa longue lance sous ma gorge.


- Ne touchez pas au jeune Prince ! Il est au sol ! Debout !

Elle ne plaisantait pas mais je n'avais aucune envie de me plier à son injonction injustifiée. J'étais ici en tant que alliée et je respectais les valeurs de l'Onirique en proposant des duels. Des duels respectueux où l'art de la guerre et le plaisir au combat étaient honorés. Elle hausse la voix en répétant son ordre .. Je ne suis pas fatiguée bien au contraire je me sens d'humeur joueuse aussi je me relève lentement avant de m'avancer vers elle. Son bras ne fléchit pas. Sa lance reste fermement entre nous mais je m'enfonce dans une volonté de donner du spectacle plus .. exotique .. plus inhabituel .. je me laisse empaler. La pointe déchire ma nuisette sur le devant .. la traverse de l'autre côté. Le visage neutre je la regarde dans les yeux et je sens que sa résignation se met à faiblir. La voilà qui se questionne, qui s'interroge. Arrivée contre elle je hume le parfum de son angoisse en souriant, passant mes lèvres contre son cou dans un geste sensuel. Elle lâche la lance qui reste ancrée dans mon corps et quant à moi, je m'empare du bas de son visage de ma main.

Sa mâchoire grince, craque et se brise entre mes doigts. Son menton éclate et on n'entend qu'un cri rauque coincé au fond de sa gorge. Le bas de son visage démoli elle titube en arrière inapte à prononcer le moindre mot et court vers ses sœurs dans l'espoir d'y trouver une aide quelconque. Elle qui n'était pourtant pas désagréable à regarder ..

Je retourne près du garçon après avoir arraché la lance. Ce n'était pas eux que j'étais venue affronter mais je tirais la satisfaction d'avoir l'impression d'un peu mieux connaître ce peuple qui pourtant .. de par Kursan .. ne m'avait pas laissé une bonne impression.


Un chuchotement tandis que mes caresses reprennent :

- Je suis Kysae, Prince. Et je vous remercie pour ce combat...
Revenir en haut Aller en bas
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 8:31

Abaddon était rentré d’un petit saut dans la Réalité où il s’était attelé à ouvrir quelque failles pour propager le Culte, toujours dans sa routine. Il avait alors jeté un œil dans la chambre de Kysae qui depuis peu logeait chez lui... rien. Était-elle déjà partie pour l’arène des Chevaucheurs, afin d’y défier son Second ? N’ayant pas de nouvelles de lui, il se demandait tout de même s’il n’était pas toujours en expédition.. les efforts de Kys étaient peut être vains.
Enfin, le Commandant devait recharger ses réserves d'énergie et l’optique d’un bon combat à admirer lui plaisait bien, il se dirigea alors d’un pas assuré vers l’arène des Chevaucheurs.

C’était tout de même un peu étrange d’y revenir. La dernière fois qu’il s’était ainsi placé dans les gradins il avait vu Anah apparaître et les guerriers devenir complètement fous, s’entre-déchirant entre eux avant de déferler sur les Druides. Entre cette cyborg et Aztre, le peuple n’avait vraiment pas eu de chance ces derniers temps.. heureusement que la découverte des Chevaucheuses changeait la donne et leur permettait de se relever.
Ala était sur le sol, inconsciente et méconnaissable. Visiblement il avait déjà raté une partie du spectacle.. il grimaça légèrement sous son masque impassible, mais il était certain qu’elle s’en remettrait. Kysae n’handicaperait pas l’Onirique.
Abaddon croisa alors le regard du Prince, qui hocha la tête en sa direction. Est-ce que sa présence le rassurait ? Peut-être se disait-il que si son Commandant n’intervenait pas c’était qu’il y avait une bonne raison et qu’il n’y avait rien à craindre d’elle, ce n’était pas un danger mortel ? Il n’aurait pas totalement tort. En tous cas, il décida de relever le défi en l’honneur de son père. Courageux.

Bien entendu, l’issue du combat ne faisait aucun doute. Si Ala avait perdu, le jeune Prince n’avait aucune chance. Quel âge avait-il, peut-être environ le même que Kysae ? Ok, présenté comme ça le fait qu’il la convoite était un peu étrange.. mais il n’arreterait pas pour autant.
En tous cas, malgré la défaite du Chevaucheur cela avait été un beau combat. L’homme avait rendu les coups jusqu’au bout, il avait taché de se battre jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus, et c’était plutôt admirable. Il faudrait qu’ils échange quelques coups à l’occasion...

Une Chevaucheuse rapidement calmée et le silence avait reprit ses droits dans l’arène. Qui serait le prochain ? Le Commandant regarda autour de lui mais personne ne semblait vouloir se désigner.. quel dommage. Devrait-il y aller ? Se faire autant lyncher ralentirait la propagation du Culte mais il avait envie de se battre. Après quelques instants à attendre, il se leva donc et fit apparaître sa grande lame fétiche, prêt à sauter au milieu de la zone de combat et rejoindre sa dulcinée, mais à ce moment précis quelqu’un d’autre fit connaître sa présence. C’était vraiment une surprise.. inattendue. Voilà qui promettait d’être intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Onigami
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 23/07/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 11:55

Endormi …

Bercé par l'Onirique qui m'entoure …

Enfin de retour dans ses bras, je peux me fondre en lui jusqu'à ce que nous ne fassions qu'un.

Lui offrir... tout ce que je possède, ce que je suis …

C'est la première fois que je m'applique autant dans mon rôle d'Entité régente et c'est plutôt agréable. Se détacher du plan matériel et flotter au-dessus des dunes .. Une vision parfaite sur ce périmètre qui m'appartient.

Mon territoire.


J'avais senti l'arrivée d'une nouvelle Entité. Elle est venue rôder près de mon Temple une nuit et je me suis bien gardé de la laisser entrer. Je sais instinctivement comment tout se doit de fonctionner mais devant ce cas de figure je suis resté … Paralysé. Je n'ai aucun souvenir lié à une deuxième Entité. Je ne sais pas qui elle est, quel est son rôle, rien.

Bordel Yenepha, Azrothar .. pas un de mes ancêtres ne se résigne à me filer un coup de main. Est-ce que ça veut dire qu'ils ne savent rien non plus ? J'observe le comportement des peuples .. Les Prêtresses ont senti le phénomène .. Les Druides se mettent à parler tout bas dans leur sommeil d'une Morterêve …

Morterêve ? C'est quoi, ça.

- Tu devrais la tuer.
- Yenepha …
- Et bien quoi, c'est une tâche d'ombre sur ta suprématie. Un rival. Mange la et reste l'unique Entité de ton Monde, c'est mon conseil !

Elle ne perd donc jamais l'occasion de m'inciter à la destruction

- Tu sais je suis allée la voir. C'est la fille avec qui tu couches.

Là c'est le grand noir dans ma tête. Je me délie brusquement de l'Onirique dans un hoquet d'étranglement et me voilà à nouveau assis sur mon trône derrière les portes scellées, seul dans le noir …

Elle ne parlait pas de Kysae .. ? C'était impossible. Kysae est une humaine que l'on doit protéger elle n'a .. aucun droit … aucune légitimité … Et cette pétasse est grimpée sur ma queue uniquement pour se venger de mon père … c'est faux Yenepha ment cette Entité c'est pas … Kysae. Je dois me rendormir et me calmer …

Je reprends une respiration plus paisible et mes paupières s'alourdissent. Le poids de mon corps diminue .. je m'élève .. mais ma fixation attire mon regard vers un phénomène pourtant basique dans l'Onirique. Des combats. Dans l'arène des Chevaucheurs qui plus est, je n'ai pas de temps à perdre à ce petit jeu et je cherche à m'en éloigner mais … bordel pourquoi je reste.

- Regarde je te dis.

Yenepha avait sa main sous mon menton et retenait ma présence astrale … Pourq- …

- ...

Cette fille en chemise de nuit tâchée de sang. Ce n'était pas .. Une Chevaucheuse c'était … Je m'approche à quelques pas d'elle et je passe ma main sur sa joue, ses lèvres et sa gorge. Elle ne peut pas me voir et pourtant je sens qu'elle réagit à mon contact, son énergie se tend vers la mienne comme pour chercher … à me toucher .. à me rencontrer .. à se présenter … ? Je recule pris d'un vertige. Ce n'était pas tant de la stupéfaction. C'était de la rage.

Cette salope était bien une Entité.
Revenir en haut Aller en bas
http://onigami.forumactif.com
Kysae

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 16

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 13:29

Une vague de chaleur me traverse et pourtant je me sens frissonner sans aucune raison, ou du moins aucune raison que je ne suis en mesure d'identifier. Six ou sept minutes qu'un silence de mort s'était de nouveau établi. Plusieurs guerrières mouraient d'envie de se jeter au milieu de l'arène et je me demande laquelle d'entre ces femmes sera la première à descendre me rejoindre.. Je les dévisage une à une et me laisse prendre au jeu des devinettes. Mesdames calmez votre ardeur, vous transpirez d'envie, est-ce mon énorme épée qui vous plonge dans cet état ?

Une nouvelle fois mon poil se hérisse sur mes bras et la vision d'un doigt sur mes lèvres germe peu à peu dans mon esprit mais je secoue la tête et me redresse, laissant l'aîné au sol.

Le combat est fini et ce n'est pas la peine de pousser l'exercice au-delà du raisonnable. Encore une fois, ce n'était pas pour eux que j'étais venue bien que l'issue de cette visite m'était agréable. Il faut à présent que j'aille présenter mes respects à la Reine en espérant qu'elle ait eu le temps de se remettre des premières blessures. Si je n'exprime à cet instant pas la moindre émotion je suis toutefois gênée par ma tenue et mes mais s'appliquent à lisser la soie fine de ma nuisette ravagée par le sang de mes adversaires. Voilà qui est bien inutile elle est de toute façon foutue mais je suis soulagée que les couturiers de l'Ordre remplissent leurs promesses à merveille : Le tissu n'avait pas disparu au contact des éclaboussures. Résistant à souhait. Il aurait été bien plus gênant encore de se retrouver nue au milieu de cette arène, n'est-ce pas ?

Enfin un sourire s'étire sur mes lèvres et j'allais reprendre la route quand un mouvement dans les tribunes me fait tourner la tête. Je reconnais Abaddon. Il se lève et empoigne son arme.. Allons chéri c'est ainsi que tu te soucies de mes courbatures et de mes ecchymoses ? Évidemment il ne pouvait pas se contenter de venir me féliciter il fallait enchaîner sur un troisième duel sans aucune considération pour mon état de fatigue. Ces mecs de l'Onirique …

Il change d'avis ? Est-ce que par hasard je l'aurais assassiné du regard sans même m'en rendre compte ? À vrai dire pour l'heure je m'en fous et je n'ai qu'une hâte, celle d'un bon bain bouillant de lave pour me décrasser.

C'était sans compter la présence d'Azrothar à mes côtés. Lui en revanche est parfaitement nu et je vire au rouge écarlate. Je connais son corps, ses muscles délicieusement taillés et ses larges épaules mais l'effet de surprise se charge de me changer en pucelle idiote bouche-bée. Par la même occasion je prends conscience que pas une seule fois depuis mon changement de nature, nous n'avons été « présentés ». Je sais ce que je suis, et lui, le sait-il ? Au fond de moi je prie pour que non, ce qui est parfaitement crétin... il se doit, de le savoir. Il ne peut pas en être autrement et de toute façon en quoi cela serait un problème ? Il faut se réjouir de l'arrivée d'une nouvelle Entité, c'est un plus pour notre Monde, la preuve irréfutable que nous reprenons le chemin vers une grandeur passée et oubliée …


- Tu n'as rien à foutre ici.

Mes faux espoirs fondent comme neige au soleil. J'ai l'impression de distinguer une seconde présence proche de lui mais il poursuit et m'oblige à me concentrer sur ses lèvres. Il parlait en Onirique et à vrai dire ce n'est pas évident pour moi encore de le comprendre parfaitement.

- Comment est-ce que tu peux me faire ça … À quoi tu joues Kysae ?!


J'avais l'impression qu'il tentait de m'accuser d'un tord qui en cachait une multitudes d'autres, inavouables. Inexprimés. Ses poings se serrent et la vue de son corps en proie à l'envie irrépressible de me frapper déclenche en moi... Je suis complètement excitée. Clairement le moment n'est pas approprié pour me mettre à jouer les aguicheuses accrocs à la baston et c'est d'une voix claire et posée que je lui réponds, nos regards entrelacés sous le joug d'une tension plus qu'électrique.


- Azrothar. J'ai voulu me présenter à toi, tes portes sont restées scellées et j'en étais arrivée à la conclusion que tu avais mieux à faire pour le moment. Ils ont réussi à m'offrir la nature de ton Monde c'était le meilleur moyen pour m'écarter de l'Ordre et le fait que j'endosse en plus le rang d'Entité n'était absolument pas prévu mais …

Ses bras se referment sur moi. J'aurais pu penser à une étreinte si sa force musculaire n'était pas entrée dans l'équation. Je lâche un long cri de souffrance et je crois que c'est mon premier depuis que je suis dans cette arène. Brisée en deux contre lui. Ma colonne vertébrale s'émiette, mes poumons se compriment et explosent et je m'étouffe dans un liquide noir qui se met à couler par ma bouche, mon nez et mes yeux. Il me domine de deux têtes et me fixe sans relâcher sa prise.

- Tu vois que tu peux saigner...


On disparaît et j'entends les cris de déception des Chevaucheuses s'éloigner de mon oreille. Réapparition, je n'ai toujours pas réussi à esquisser le moindre mouvement. Beaucoup de vent .. une lumière rouge et or éclatante … La chaleur est puissante … bien trop puissante … Peu à peu je prends conscience que nous sommes en train de flotter au milieu de flux énergétiques déchaînés et que ces derniers constituent le ciel de l'Onirique. Un spectacle magnifique qui prend fin sur une chute vertigineuse.

L'Efrit toujours sous forme humaine … Avait déployé ses ailes … Et fonçait tête en avant vers le sol. Mes pupilles se dilatent très, très lentement et je ne cherche pas à voir le sol se rapprocher ou le paysage défiler : La vitesse est trop conséquente. Mon instinct est en alerte et dans mes os se distille les prémices d'une peur sauvage. Je vais me faire anéantir dans un choc sans précédent et ce sera de loin l'expérience la plus extrême et la plus douloureuse que je n'ai .. jamais … connue …

Les yeux dans les yeux je rapproche ma bouche et l'embrasse amusée quelques secondes avant l'impact.


Un grondement sourd fait trembler le Rêve et les fondations des quatre peuples en sont affectées. Les Temples tremblent, les maisons les plus anciennes s'affaissent sur elles-même et les murs des Palais les plus hauts se retrouvent balafrés. Le choc renverse chaque être au sol et même les eaux calmes et profondes des filles de l'Hydroz se déchaînent en vagues hautes de dix à quinze mètres.

Un cratère monstrueux s'est formé à l'est de Cyrise en territoire voyageurs. Il n'y a plus un seul grain de sable dans toute la partie réservée aux endormis, soufflé par la chute. L'ampleur des dégâts et bien .. le sol de terre noire semble s'être ouvert sur une superficie identique à la belle Cité dont la moitié s'est totalement écroulée ...
Revenir en haut Aller en bas
Telia

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 03/11/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 16:21

- Et bah .. OH ! EEEH OH ! Bah oui oui ramassez au moins le gosse le laissez pas par terre en plein milieu du chemin ! Je te jure ..

J'étais arrivée pile pour assister à l'étreinte un peu trop passionnelle entre les deux Entités. Y'avait eu une sacrée secousse après ça. Du genre à foutre tout le monde par terre et à abîmer les façades. Une fois le choc passé on est un peu resté sur le cul à contempler le ciel, partagé entre la méga envie de suivre le combat comme des commères et la peur de se manger un coup au passage. Les Chevaucheuses emportent le fils de Kursan dans sa tente où il pourra rejoindre Ala qui, d'après les rumeurs, est franchement laide à voir ... Super c'est Kursan qui sera ravi d'épouser une édentée bossue hihi. Peut-être que je devrais en profiter pour aller le .. "consoler". Parce qu'il est carrément canon premièrement et puis, surtout, y'a rien de mieux pour une Veilleuse que de forniquer avec du haut gradé onirique.

- Oh Abaddon !!

Plus loin dans les gradins j'aperçois le Commandant et je me téléporte à ses côtés toute souriante.

- Je crois que ton ex est en pleine danse nuptiale avec ton fils c'est incroyable non ce qu'il se passe ? Qu'est-ce qu'on fait ? Il faudrait peut-être réussir à les calmer avant qu'ils ne fassent des bêtises trop graves non ?

En vérité j'étais ravie de pouvoir être dans les parages durant un tel événement. Moi qui étais curieuse de découvrir une Morterêve, quoi de plus efficace qu'une bonne baston pour ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Lun 6 Nov - 17:33

L’arrivée d’Azrothar avait fait sensation dans les gradins. Tous attendaient de voir ce que cela allait donner, même Abaddon. Certes une partie de lui était inquiète que l’Efrit, Entité la plus puissante de leur Monde, ne fasse un peu trop de dégâts à sa chère Kysae mais l’envie de voir ces deux monstres de puissance se déchaîner calmait bien vite ces bons sentiments. Depuis quand était-il si obsédé par ce genre de démonstrations de puissance d’ailleurs ? Depuis sa libération ou.. l’était-il déjà en tant qu’Archange sans jamais se l’avouer ?
Quoiqu'il en soit, les combattant s’enlacèrent d’une manière un peu trop douloureuse pour Kys avant de disparaître. Déception... quelques instants plus tard une immense secousse l’envoya sur le cul. Oh il se devait de les retrouver !

Et justement, cette chère Telia se téléporta à ses côtés afin de proposer d’aller les calmer. Le Commandant se leva alors, dépoussiéra de légers coups sa tenue, avant d’acquiescer en direction de la Veilleuse.

Oui, sans doute. Enfin, on pourrait en premier lieu se contenter de regarder... juste au cas où ils se calmeraient d’eux même, bien sûr !

Oh oui il voulait profiter du combat. Il n’interviendrait qu’à la condition que Kysae court un réel risque. Azrothar ne comptait pas réellement la tuer, si.. ?
En tous cas il déploya de grandes ailes enflammées et se dirigea vers le lieu de l’explosion, embarquant la Veilleuse avec lui. Elle pouvait certes se déplacer d’elle même mais elle pourrait lui en vouloir s’il la laissait plantée là, susceptible.
Il avait vraiment hâte de voir la suite..
Revenir en haut Aller en bas
Kysae

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 16

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Mar 7 Nov - 13:21

Je vis. Inutile de chercher à respirer pour le moment, je me trouve dans un épais nuage de poussière et de sable. Je bloque mon souffle pour éviter de massacrer ce qu'il me reste de poumons et patiente. Mon organisme régénère, juste à attendre que je puisse bouger un tant soit peu...

Azrothar est debout devant moi et bien que je ne distingue que sa silhouette dans ce brouillard de guerre, je devine ses deux yeux flambants toujours rivés sur moi. Il me laisse l'occasion de me soigner mais bientôt les contours de son corps se mettent à changer. Premièrement sa taille, il grandit, énormément. Bien au-delà d'une norme humaine et mon regard monte au fur et à mesure pour suivre sa progression toute en hauteur. Impressionnant. Il me semble que je perçois des cornes ? Deux cornes immenses .. Son visage s'allonge en avant et ses muscles gonflent. Inquiétant. Il s'enflamme, entièrement, un torrent de feu qui emporte tout son corps que je ne distingue quasiment plus si ce ne sont des contours vagues et tremblants au milieu de cette chaleur de l'enfer.

Inutile de chercher à discuter, l'Efrit est là pour se battre et je sens les multiples regards de l'Onirique se tourner vers nous avec l'empressement et l'excitation d'un enfant devant un tas de sucreries. C'est d'ailleurs l'effet que je me fais, d'être un shigekax prêt à se faire bouffer. Sa gueule d'ombres s'ouvre et des mots dans un onirique incompréhensible raisonnent dans un flux de paroles graves et continues.


- T'as fini de psalmodier connard ?!


Un tremblement. Le sol enfoncé du cratère sous moi vient de bouger. Une colonne de feu de sa largeur le traverse par dessous et jaillit jusqu'au ciel. Je suis emportée avec mais qu'importe je viens de terminer de me régénérer et les flammes de l'attaque s’entremêlent délicieusement avec mon corps pour un effet on ne peut plus revigorant. On ne peut pas rater sa masse qui s'envole pour me suivre, il charge sur moi, je bloque instinctivement . Des os enrobés de flammes noires s'arrachent douloureusement de tout mon corps : Dos, hanches, côtes et cuisses. Un squelette externe hérissé en pointes s'extrait et vient le percer de part en part en plein élan. Stoppé. Il hurle, des cris déchirants de bête sauvage. Le choc m'a fait quitter le pilier de feu en éruption mais je reste agrippée à lui et le feu noir se met à se propager, s'avançant rapidement le long de mes os pour passer sa muraille de feu et s'insinuer délicatement en lui.

Les hurlements redoublent et on se met à dégringoler dans le vide : Ses ailes se racornissent et s'émiettent et je comprends que ma nécrose en est responsable. D'un coup il lève ses deux poings colossaux et frappe dans mes os pour les briser et s'en dégager avant qu'il n'envoie vers moi sa queue dans un arc de cercle mortel. Je me téléporte à la seconde, ne sentant que le souffle de l'attaque frôler mon visage. Je réapparais sur son dos et collée à lui une douleur à faire perdre la raison m'envahit. Une légère couche de feu bleu se mêle aux ombres de son corps. Je ne vois plus rien. La chaleur m'aveugle complètement et nos deux feux se mettent à lutter. Sans réfléchir j'ouvre ma bouche et enfonce mes crocs dans son épaule avant de perdre complètement ma forme humaine qui se désintègre en lambeaux.

Je suis plus petite que lui, bien moins imposante … Une armure osseuse remonte le long de mes cuisses et de mes hanches pour venir s'enrouler entour de ma poitrine et cacher une partie de ma gorge ainsi que mes joues. Mes dents sont immenses et lourdes. Mes cheveux tombent jusqu'à mes pieds, je suis pourvue de sortes de serres à la pointe ébène et des flammes noires jaillissent d'os hérissés sur tout l'arrière de mon corps, longs, acérés et capables de s'agrandir encore pour aller chercher leur proie.

Sa chair est bonne et je sais que sous son manteau d'ombres et de flammes ses tissus se mettent à lentement pourrir. En bas des cris d'agonie et des appels .. je les entends mais je ne comprends pas qui ou quoi .. Une déflagration me repousse et m'arrache à ma viande, je perds ma prise et ne possédant pas d'ailes je me remets à chuter mais aucune importance … Je fonce tête la première et surveille du coin de l’œil sa poursuite  .. Pour sa taille, il est rapide. Le Fleuve des Morts se dessine peu à peu sous moi et je me mets à sourire. C'est une étrange sensation .. que d'avoir entièrement confiance en un pouvoir que l'on ne connaît pourtant pas … Je ne suis nullement inquiète, pour tout avouer. En plein milieu de ma chute je me retourne face à lui et l'accueille bras grands ouverts avec un sourire plus que sadique. Ses ailes battent un coup, un mouvement de recul mais trop tard le fleuve derrière moi jaillit et me dépasse pour foncer sur l'Efrit. Le liquide doré s'épaissit et un ras de marais de morts hurlants se forme et s'amasse sur le grand Azrothar.

Déstabilisé il s'arrête net dans sa course et fracasse les crânes en vociférant de rage et d'incompréhension mais le Fleuve ne cesse pas de sortir à mon aide et les morts s'accumulent, grouillant et féroces si bien que l'on ne distingue plus le corps de l'Efrit. Le spectacle de l'extérieur devait être fort intéressant … Une boule de morts en feu aux crocs assassins là, au milieu du vide …

Je ris doucement avant de chuter sous les eaux mortuaires.
Revenir en haut Aller en bas
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Mer 8 Nov - 0:41

J'arrive enfin sur les lieux, scrutant le brouillard non loin. Je veux du spectacle, du vrai. Je veux voir des flammes jaillir et l'environnement gronder, je veux voir du sang. Et un combat entre deux Entités ? Oh oui, mon vœu allait être exaucé.
Rapidement le sol est prit d'un violent tremblement et une immense colonne de feu jailli de l'endroit où les deux combattants se faisaient jusqu'alors face. Ils en sortent tous les deux ce qui me permet d'admirer la suite. Une charge de mon enfant rapidement bloquée, Kysae contre attaque en le perçant de part en part et ses cris de bête enragée me font me mordiller la lèvre sans même que je ne m'en rende compte, celui ci faisant écho à de doux souvenirs d'un cri similaire poussé par cette chère Yenepha alors que mon descendant lui tranchait la queue. Souvenirs n'étant pas les miens mais me faisant frisonner légèrement.

Azrothar se libère finalement de l'emprise de Kys et le combat continue, Morterêve revenant à la charge. C'est alors que du coin de l’œil je remarque du mouvement autour de moi. Je ne peux m'empêcher de détourner quelques instants mes yeux du spectacle pour observer l'environnement m'entourant. C'étaient les peuples. Rameutés par le joli bordel auquel je fais actuellement face -avec bien peu de prudence d'ailleurs- ils s'étaient tous regroupés aux bords de leurs territoires respectifs pour admirer en silence la rixe, n'ayant sûrement jamais rien vu de tel. D'ailleurs, même d'étranges créatures attirent mon attention, noircissant les différentes montagnes alentours. Le choc des deux puissances ne faisait donc pas uniquement trembler mon être mais c'est tout l'Onirique qui en était affecté et qui souhaitait se repaître les yeux de la chose.
Je suis donc sur le point de reprendre mon programme favori du moment lorsque j'aperçois quelques Myniens circuler entre les peuples, tentant tant bien que mal de les éloigner du cataclysme malgré leur dévorante curiosité. D'ailleurs, les prêtresses et les druides sont rapidement évacués, bien trop proches du fleuve des Morts.

Et en parlant de celui-ci... des cris familiers me font rapidement tourner la tête et me mettre sur mes gardes. Des cris de rages se comptant par centaines. Ces maudits cris provenant de ces spectres qui m'avaient sérieusement mit en difficulté il y a peu. Cependant ce n'est cette fois pas moi qui suis visé mais bien mon fils, qui hurle à nouveau, enragé, en se débattant mais se fait rapidement submerger. Pendant une seconde je souhaite intervenir, mon bras droit virant au noir recouvert d'ombres prêtes à aller exploser les crânes de ces immondices mais je m'en abstiens finalement. Parce que d'une, Azrothar est un Efrit soit l'Entité la plus puissante ici, il n'avait donc sans doute pas besoin de mon aide, et de deux eh bien.. cela ruinerait un peu la beauté du combat si l'un des participants recevait une aide extérieure, oui. D'ailleurs si j'aidais Az, Kysae pourrait m'en vouloir et je m'en passerais bien. Je reste alors en vol stationnaire, tout proche de l’œil du cyclone, les yeux rivés sur celui-ci.

C'est donc avec de l'excitation, de la curiosité et sans doute, je suis bien forcé de l'admettre, une pointe de jalousie que j'attends la suite. Je sais pertinemment que je ne serais pas déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Kursan



Messages : 57
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Mer 8 Nov - 18:46

[parenthèse]

Je me réveille au bout d’un long moment. Allongé dans ma tente. Bordel qu’est-ce que j’ai mal. Le corps entier semble tourner au ralentis.
Un regard à droite puis à gauche.
Je suis seul. Enfin non. Ala est allongée pas loin. Elle a les yeux à moitiée ouverts, et regarde ailleurs.

...

Le simple fait de me redresser me fait horriblement mal. je lâche un grognement de douleur, sans le vouloir, qui déchire le silence de la tente.
Je me risque à quelques pas. C’est pas brillant, mais je tient debout. Je ne pourrais pas combattre avant un moment par contre.
Père, où es-tu ?
J’essaye de te joindre, de te parler, mais seul le silence me répond. Es-tu au moins vivant ?
Tu manques cruellement en ce moment.

Tu aurai du être là pour prendre ma place. C’est un défi qui te revient de droit.

...

Je regarde Ala, puis pris d’une idée, je m’approche d’elle.Avant de m’incliner devant elle, en essayant de ne pas m’écraser au sol.

- Reine Ala, je sais que le moment est mal choisi. J’aimerai vous demander une faveur. Mon père est loin. Trop loin. ce défi lui était adressé. Est-ce que vous pourriez envoyer quelqu’un le prévenir qu’une femme est venue et l’a provoqué au sein de son territoire ? Je sais que cette exploration est longue et que son absence est normale, mais je ne supporte pas l’idée qu’il revienne et qu’on le prenne en défaut sur le fait qu’il n’a pas répondu au défi. Je vous le demande en tant que fils. S’il vous plaît envoyez quelqu’un le prévenir… Lui dire… Et à défaut de le ramener, chose peu probable au vu de sa mission, demandez lui comment je dois gérer ça.

Je m’incline un peu plus. Je sens que mes muscles sont arrivés au bout de leurs forces et je suis obligé de me retenir au bord du lit d’Ala.
Revenir en haut Aller en bas
Ala - Reine Chevaucheuse

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 25/10/2017

MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   Mer 8 Nov - 19:39

- Roasso .. Je suis désolée que tu ais eu à te battre ..

Je me redresse tant bien que mal et lui relève le visage pour l'observer. Il était en sale état mais ça irait pour lui, je sens le soulagement poindre en moi. Comment aurais-je pu affronter le regard de Kursan si je n'avais pas été capable de veiller sur ses fils ? Sur le ton du reproche je me surprends à le gronder en réponse à mes inquiétudes passées.

- Tu es trop jeune tu n'avais pas à prendre la relève. Tu savais que tu n'avais aucune chance, il n'y a aucun honneur à relever un défi perdu d'avance Roasso, aucun ! Il faut savoir se préserver le temps de gagner en forces. Est-ce que tu imagines ? Ton peuple et ton père ? À l'annonce d'un Prince mort dans un duel ? Ce sont des choses qui arrivent ! Moi je n'avais pas le choix je suis Reine mais toi, ne recommence plus ça ! Pas face à ce genre d'adversaire !

Je tourne mon regard vers l'entrée de la tente et réclame la venue de l'une de mes filles. La Chevaucheuse s'avance et s'incline bien bas.

- Kursan doit être mis au courant des événements. Envoie une guerrière à dos de dragon plein nord. Qu'elle trouve le territoire des anciens Hydroz pour l'en tenir au courant.

- Ma Reine, jeune Prince, je suis heureuse de vous voir conscients. Dehors ... L'Onirique est bouleversé. L'Efrit est venu affronter la fille, elle est aussi une Entité ! Le ciel ne cesse de cracher des orages !

Je ravale ma stupeur et garde la tête à mes objectifs.

- Raison de plus pour tenir le Prince au courant. Équipez un dragon et partez sur le champ !

La guerrière hoche la tête avec un petit air paniqué et elle s'empresse de partir exécuter les ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Combat] Je viens me battre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Combat] Je viens me battre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 204
» Viens te battre dans la ligne maginot
» Allez vient vient te battre si t'es un homme ?
» Une solution pour que Naruto soit au même niveau que Sasuke pour le combat final.
» Le combat des héros contre Aizen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onigami :: Ferme les yeux. :: Onirique-
Sauter vers: