Support écrit d'une large - et complexe - trame dofusienne sur le serveur de Brumen ( rp ouvert & fanfiction à partir du BG officiel et à l'échelle du Krosmoz ! )
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mariage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kursan



Messages : 57
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Mariage   Dim 17 Déc - 15:20

Arène des chevaucheurs. Peu de temps avant, Kursan avait reçu le rôle de Commandant pendant qu’Abaddon était porté disparu. Et ce faisant il avait aussi hérité de son énergie. Une énergie monstrueuse, avec laquelle s’accompagnait des pulsions de violence et de sexe plus que présente. Les autres dirigeants et les peuples avaient été prévenu. Tous étaient assis dans les gradins, selon leurs rang.

Quelques temps plus tôt.

Je suis quand même un peu nerveux. Cette énergie était tout sauf naturelle. Je la sentais bouger en moi, mon appétit sexuel en était décuplé, et pendant l’attente des Dirigeants, alors qu’Ala se préparait, j’avais saillie plusieurs de ses femmes, en boucle, dans la maison de Kysae, qui aidait Ala.

Puis un homme vint me prévenir que les Trois arrivaient. Je laisse les femmes explosées sur le lit. Puis je passe mes habits d'apparat, avant d’aller les accueillir. Déjà je note l’absence d’Eiri aux côté de son Père. La garce. J’aurai voulu qu’elle soit là. Qu’elle soit là pour moi en ce jour fatidique. Enfin tant pis. Je suis Commandant et je ne peux m’attarder sur l’absence d’une princesse impure. Déjà je sens remonter en moi les pulsions.

Chaque dirigeant est placé. Entouré de ses Fils et Filles. Puis les chevaucheurs, et les peuples entrent à leur tour, parqué au fond des gradins. Pour ceux qui ont la chance d’avoir une place. Seul les plus méritant sont présent.
Kiava a une place réservée également.

Une fois tout ce beau monde installé. Je retrouve Ala devant l’entrée. Magnifique, sa robe épouse à merveille ses formes. Une dentelle si fine qu’on aperçoit presque sa peau au travers. Un léger parfum d’orange plane autour d’elle. Elle porte sur son dos un blason cousu main, qui représente un dragon qui fend la foudre. Merveilleux. Je m’approche d’elle, et je l’embrasse, dernier moment d’intimité sous un porche, avant de se présenter à la foule. Je sens tout une montagne de désir me prendre tandis que je reste à ses côtés pendant ce baiser. Je sens son amour, malgré une pointe d’inquiétude, avant qu'on se relâche.

Un dernier regard, droit dans les yeux, promesse d'amour et d'honneur. Puis nous avançons, main dans la main. Avant de s'arrêter au milieu de l’arène. Un lit royal a été disposé ici. Les baldaquins ont été retirés, afin d’offrir la meilleure vue possible de tout les angles. Un ancien moi aurait jugé ça malsain. Aujourd'hui je n'ai qu'une envie, c'est de faire mienne Ala dessus, que tous voient que nous sommes liés.

Je prend la parole. Une once d’inquiétude me prend. Nul enseignement à ce sujet. Bon. Improvisons, tant pis.

- Dirigeants, princes et princesses, peuples. Nous voici réunis pour assister au mariage entre deux Dirigeants. La Reine Ala et moi même. Bien que ce mariage fut décidé au premier abord afin d’unir nos deux peuples, il a été consenti par amour entre nous. Que la consommation du mariage vous apporte la sérénité, car a partir d’aujourd’hui, nous ne sommes non plus deux Dirigeants, mais bel et bien le Couple Dirigeants des Chevaucheurs. Peuple de la guerre et de la sagesse. Deux parties enfin réunis sous la même autorité. Deux moitiés enfin unis pour servir l’Onirique et ses désirs.

Je me tourne vers Ala, un sourire radieux aux lèvres. Elle me le rend, et pendant un instant, j’ai envie d’envoyer au feu toutes ces belles paroles et de la prendre maintenant. Mais je me retiens encore un peu.

Ala prend la parole à son tour.

- C’est une fierté pour nous d’organiser le premier mariage entre deux parties d’un peuple. Et nous feront en sorte de vous le montrer.


Enfin. Nous pouvons arrêter de parler. Le moment de la consommation du mariage est arrivé. Je m’avance vers Ala, avant de l’embrasser tendrement, petit moment de calme avant le déchaînement. Je la sens fébrile contre moi. Une pointe de stress dans son baiser. Allons ma chérie, ne panique pas. Viens contre moi. Que je te fasse vibrer.

----

Les cris d’Ala se mêlent aux commentaires du public dans les gradins. Je me sens enivré, les pulsions que me confèrent l’énergie d’Abaddon me font repousser mes limites, encore et toujours plus loin. Je la domine complètement. Elle est mienne, et ce à jamais dès ce moment. Je la sens qui s’offre de plus en plus à moi. Malgré un début timide, elle s’est rapidement laissée faire, rassurée d’être prise par des mains comme les miennes. L’acte en lui même dura longtemps. Assez longtemps pour qu’Ala semble sur le point de se briser de plaisir entre mes mains. Puis quand je fini à mon tour, pour la quatrième fois, en relevant la tête, je vois une silhouette se diriger vers nous…

Yenepha...
Revenir en haut Aller en bas
Yenepha

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 11/12/2017

MessageSujet: Re: Mariage   Lun 18 Déc - 13:30

Fin du spectacle et je n'ai très certainement pas le temps de me confondre en fausse admiration devant un mariage politique. Je suis pressée, préoccupée, et ils doivent s'en rendre compte puisque ils se hâtent de se rhabiller pour se présenter à moi. Les cérémonies m'emmerdent et j'espère que les naissances à venir seront rapides et fructueuses. Je me donne l'impression d'être sur tous les fronts à la fois et pourtant le rythme de l'Onirique reste à mes yeux parfaitement alarmant. Il serait temps que je m'attaque à certains problèmes en profondeur.

- Kursan, reçois de ma part un présent. Qu'il te serve à te démarquer mais garde à l'esprit que chaque offrande de puissance de ma main n'est destinée qu'à me servir. Vous êtes ce que l'Onirique accepte que vous soyez ... Décevez moi et vous ne serez plus rien. Absolument rien.

J'insiste sur ce mot, "rien", tout en jetant un coup d’œil circulaire aux autres peuples. Oh ils savent que je suis sérieuse ... Que je ne suis pas du genre à hésiter quand il s'agit de détruire mes propres fils ou filles. Je suis la mère des énergies et seules les énergies m'intéressent. Une puissance mal exploitée doit être recyclée et je ne connais pas de meilleur moyen que mon Feu pour nettoyer les corps indignes jusqu'à les débarrasser de la moindre parcelle de vie.

- Les êtres qui dirigent ce Monde après moi ne doivent inspirer que l'obéissance aveugle des leurs et ainsi seulement je pourrais leur offrir ma pleine confiance.

Je regarde le Second dans les yeux. Je suis sous forme humaine pour l'occasion et mon corps est habillé avec l'élégance appropriée à mon statut. La soie fine dorée épouse à la perfection ma silhouette toute en finesse et j'aurais presque de la peine à ainsi écraser la mariée par ma présence. Qui pourrait deviner que sous ces airs de poupée onirique se terre l'Efrit le plus puissant que le rêve n'ait jamais connu.


- Je veux un Onirique de puissance. Je veux que mon Feu soit le reflet de notre force de frappe. Que les Mondes qui gravitent pitoyablement autour de nous n'osent pas même fermer les yeux la nuit de peur que le rêve ne vienne les faucher dans leur sommeil. Je n'aurai pas la patience de tolérer la plus petite baisse de régime et si un matin je me réveille avec le doute ou la lassitude quant à votre efficacité, je briserai ces terres moi-même. PARCE QUE C'EST ABSOLUMENT TOUT CE QUE VOUS MÉRITERIEZ ! VOUS TOUS !

Les regards bas, pas un souffle, pas même un mouvement. Je ne suis pas une idiote .. Je sais, je suis crainte mais la peur n'apporte pas toutes les cartes en main. La moitié des ces petites personnes doivent pleurer la nuit en regrettant l'ancien Efrit, suppliant à voix basse l'Onirique d’apaiser mes colères et mes appétits. Ils ne se sentent pas en sécurité, et ce n'est que le commencement. La petite remise à niveau qui suit mon réveil. Quand enfin les braises repartiront, nous pourront viser bien plus haut. Ceux qui ne sauront pas s'adapter à mon rythme mourront. Ainsi seulement je sauverai la perfection …

Un garde entre avec la Hertz de Kursan attachée à sa suite. La bête est menée à mes côtés et je tire une dague courte de ma jarretière. Les yeux de la Hertz se fixent sur la lame dorée mais elle ne bouge pas. En tant que représentante de l'Onirique je ne peux pas cacher ma volonté à une créature aussi intime avec notre Monde. Elle sait très bien ce que je compte faire et je ne peux compter sur sur mon influence directe pour la maintenir en place malgré tout. Le coup est rapidement donné et la gorge massive de la bête dégage une fontaine de sang rouge qui jaillit sans tarir sur le beau corps de mon Second immobile. Ala a un très léger sursaut de stupeur. Effectivement Reine … Voilà des traditions qui ne doivent pas être tolérées dans ton chez toi ancestral. Que veux-tu, j'ai gardé ce petit côté sorcière que beaucoup ignorent fort heureusement. Je suis un Efrit accompli, je connais quelques tours très sales, et tu n'as encore rien vu...

Un jour viendra, ou vous le regretterez enfin réellement. Pour l'heure cessez vos jérémiades, profitez donc.

Je retourne cette même dague contre ma propre gorge et je me tranche d'une entaille précise la jugulaire. Ils doivent penser que je souffre … ils ne savent pas à quel point … c'est un soulagement … que de sentir mon énergie quitter mon corps. Personne … ne peut le comprendre. Pas à ce point .. pas à ce niveau.


Voilà pourquoi je suis vêtue d'or aujourd'hui .. Nettement moins tâchant de ce fait … Mon sang se mêle à la flaque rouge qui ne cesse de s'agrandir. La bête tressaille et finit par bruyamment s'écrouler dans cette mare.

L'hémoglobine répandue au sol se met à bouillir.
Nos sangs se mêlent en une mélasse brunâtre en fusion.
Je continue de saigner mais je garde mes yeux rivés sur le spectacle.
Mes mains se soulèvent lentement et avec elles le ciel de l'Onirique éclate en plusieurs lances de foudre retentissantes.
J'invoque l'attention du Rêve, qu'il ne regarde et n'entende que moi.
J'exige un changement de taille … Et il va me l'offrir … Car même Lui ne peut rien me refuser.
Après tout je suis sa championne .. sa gardienne .. sa meilleure amie et sa mère.


La surface du sol souillée s'embrase de flammèches bleues et tous reculent sous l'effet d'une chaleur trop dense. On ne plaisante pas avec mon feu .. il est celui capable de tout dévorer. Sous la hausse de la température l'union des deux sangs s'évapore en une fumée bleue épaisse et c'est de cette fumée que nait une nouvelle énergie. Une sphère dorée, elle plonge dans le poitrail de Kursan.

- Enfant du peuple Chevaucheur tu en es le Dirigeant aujourd'hui mais tu es aussi bras droit du Commandant des armées et tous ici te doivent allégeance. Tu seras en mesure de t'élever au-dessus de tes frères d'armes … Car il en est ainsi dans l'Onirique … La hiérarchie est aussi une échelle. Une longue échelle de puissance. Et je déteste les égalités. Servez moi correctement et méritez vos pouvoirs, peuples de l'Onirique. Que cela vous inspire donc.

Abaddon aurait apprécié le spectacle mais bon, il est peut-être mort à cet instant. Pour l'heure je m'épargne les enquêtes ou les ragots à ce sujet, il faudra aviser plus tard. Il sera probablement de la taille de Alakk sous sa métamorphose intégrale ... Noir bien entendu mais les motifs de ses ailes et de son ventre devraient quant à eux différer .. Ce sera du bleu et non de l'or, ma signature.


- Je t'offre ta propre forme draconique Kursan. Dévore ta Hertz, son énergie est tienne. Regarde comme il est bon de s'approprier la puissance des autres … Que cela cependant ne te donne pas de mauvaises idées …

Je ris un peu à ma propre plaisanterie mais j'ai perdu trop de sang et ma chair continue de souffrir de la morsure de la pierre. Mon rire s'évanouit, ma forme Efrit me hurle de la laisser s'exprimer .. j'ai faim.


Je fixe le garde à côté de moi et lui crache au visage dans un ton ayant définitivement perdu toute patience.

- Qu'il bouffe le corps de son animal et qu'il se change en dragon de foudre. Je me retire dans mon Temple.

Pas un mot de plus, je m'éloigne du mariage et je laisse l'Onirique la bouche grande ouverte devant cette nouvelle démonstration des possibilités infinies et insoupçonnées de leur Monde.
Revenir en haut Aller en bas
Kysae

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 16

MessageSujet: Re: Mariage   Lun 18 Déc - 14:07

C'est le regard froid et le visage dénué de toute émotion que j'assiste, au même titre que les autres, à ce mariage de premier choix. L'union d'un couple dirigeant aurait pû être un grand événement où la joie et la fierté auraient été les maîtresses des festivités, mais il n'en est rien. Autour de moi les visages sont inquiets et les cœurs trop lourds. Les Princes du marié sont absents et personne n'en ignore la raison, peu importe qu'ils préfèrent se taire. Abaddon aussi manque à l'appel et je n'ai qu'une envie c'est de me jeter à sa recherche et d'abandonner ce tapis d'hypocrisie.

Yenepha a réussi son pari, l'Onirique ne craint plus la guerre qui fait rage à ses portes, non. Il est bien trop occupé à trembler dans sa pisse et ses larmes puisque le pire danger qui soit réside en la personne sur laquelle il est censé se reposer.

Je vois ceux qui peu à peu faiblissent dans leur volonté et se soumettent à cette nouvelle autorité écrasante. Les valeurs se meurent, la beauté de l'Onirique avec elles. La folie imprègne peu à peu les tissus du rêve et bientôt les mères mangeront leurs petits avant de poignarder leurs maris. L'être surveillera son voisin à la recherche du moindre petit écart à aller dénoncer et les puissants auront le choix entre perdre leur tête ou s'adapter à la Matriarche.
Kursan semble avoir choisi de plier.
Je ne crains pas sa main, ses entraînements, ses cris ou encore ses délires. Je n'ai pas non plus le temps de m'en sentir humiliée. S'il faut en passer là, je le ferai, et je ne pleurerai pas de me retrouver au service d'un petit Second aveuglé par ses propres flammes, et prêt à ramper la bouche grande ouverte pour ramasser de sa langue la merde recrachée par le fondement de son Efrit.

Onirique tu es puissant mais c'est tout. Tu n'es pas le reflet parfait de la Réalité, tu es une copie de l'Ordre du Renouveau, en plus sale. Et si la puissance était le pilier fondateur de la perfection dont tu te vantes, il y aurait une toute autre odeur que celle qui nous soulève l'estomac à l'heure actuelle. Est-ce que tu aimes tant que ça les parfums de l'horreur et de la déchéance ? Je ne vois que des gens qui tremblent ou s'enorgueillissent sans même réaliser qu'en réalité, ils sont tous dans le même panier. Car à terme j'en suis persuadée, l'objectif ultime pour ton Efrit que tu vénères tant, sera de tous vous dévorer.

Je la fixe à l'arrière. Sans bouger. Vas-y Yenepha, gave les, enfonce dans leur estomac encore un peu plus de puissance. Ils feront des bébés, les bébés feront des bébés, des bébés gras, des bébés obéissants. Tu cultives ton propre garde-manger, l'Onirique change mais ce n'est qu'une façade, elle engraisse son troupeau et lorsque les guerres seront gagnées et qu'elle n'aura plus rien pour se divertir ... Elle se retournera vers ceux qui l'ont servie. Ceux qui ont choisi de tout abandonner pour ses beaux yeux. Ses magnifiques yeux qui forcent à se laisser tomber à genoux ...

Efrit alors que je te regarde maintenant j'en suis certaine. Tu es celle qui marquera mon premier rôle à jouer en tant que Dirigeante de l'Ordre ... Il faudra que je te fasse tomber. Je sauverai l'Onirique ... Peu importe le prix à payer. Profite de moi tant que tu le peux, envoie tes pantins me torturer, me modeler à leur image, mais un jour je sortirai d'ici et je reprendrai aussi bien ma vraie nature, que mon héritage.

En attendant j'attendrai et je tairai mes pensées, sage comme une image.
Je me mets à sourire. Je crois que la Mort n'a peur de rien, pas même de Yenepha.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mariage thème Jane AUSTEN
» Un coussin pour fêter 50 ans de mariage
» Quelques conseils pour de la photo de mariage...
» Mariage chez les Bodin's
» 27 juillet 2009: daneji: cartes de mariage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onigami :: Ferme les yeux. :: Onirique-
Sauter vers: