Support écrit d'une large - et complexe - trame dofusienne sur le serveur de Brumen ( rp ouvert & fanfiction à partir du BG officiel et à l'échelle du Krosmoz ! )
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Efrit] Une nuit mouvementée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: [Efrit] Une nuit mouvementée.   Mar 6 Fév - 18:26

J'ouvre un œil. Combien de temps ai-je dormi ? Hum, je l'ignore mais il semblerait que le processus commence à se mettre en marche. J'ai l'impression de sentir un pic d'énergie au fond de moi, mais ça reste léger pour l'inst-
Je tombe brutalement à genoux, vomissant quantité de sang doré. Je me relève lorsque le flot s'arrête et m'essuie la bouche d'un revers de la main. Ce sang avait l'air bien épais, en tous cas plus qu'à l'accoutumée. Ça a bel et bien commencé.

Un pic, plus puissant, me refait tomber avant même que je n'ai le temps de m'installer confortablement sur mon trône. Je me tords de douleur, quelque chose ne va pas à l'intérieur de moi. On dit que le sang de l'Efrit est pareil à de la lave, serait-ce cela qui me ronge, et qui provoque ce mal de chien ? Mon sang qui commence à gagner en énergie et donc, fatalement, en chaleur et corrosion ? Je plante mais ongles bien peu longs dans ma chair et me mords la lèvre jusqu'au sang, étouffant mes gémissements de douleur qui résonnent dans la pièce, où régnait jusqu'ici un silence religieux. Je suis au sol, tremblant presque, et j'appréhende. Je sens mon énergie doucement grimper, et je sais que cela va s'accompagner d'autres souffrances, bien plus aiguës encore. Comment avait dit le Conseiller déjà ? Complètement détruire mon corps, hein.. ?

Une nouvelle hausse, bien plus importante encore que les autres. Je me mords la main alors que des tâches dorées apparaissent un peu partout sur ma peau mat. A l'intérieur, tout est en train de céder, mes vaisseaux éclatent sous l'afflux de ce sang bien trop énergétique pour moi ce qui me donne cette apparence. Esthétiquement parlant, c'est loin d'être sexy mais je n'ai pas à m'inquiéter bien longtemps de cela car ma peau elle-même fini par craqueler et brûler. Je me consume entièrement et je suis incapable de gueuler, me remettant à vomir quantité de ce sang épais. Cela dure longtemps, plusieurs minutes, ou peut-être même heures allez savoir, difficile de garder la notion du temps dans ces conditions.

Je  tombe enfin sur le dos. La douleur sourde commence à diminuer alors que je suis étalé, haletant, dans une marre de sang brûlant. Il semblerait que le processus se soit arrêté.. ou plutôt, mit en pause le temps que mon corps se reconstruise. Allez, un peu de nerf, tout sera bientôt terminé.
Mon corps s'est régénéré. La boucherie peut reprendre. Et bonne nouvelle, j'ai cessé de vomir. Le palais vide résonne donc de mes hurlements alors que je me remets à intégralement brûler. C'est tout aussi intense que la première fois, on ne s'habitue malheureusement pas à ce genre de choses. Et ça recommence: lorsque j'ai fini de me consumer, je me reforme pour mieux me remettre à crier ensuite. Encore, encore, encore et encore.. c'est sans fin et à chaque destruction le sang ruisselle de tous les ports de ma peau avant que celle-ci ne se mette elle aussi à brûler. A chaque reconstruction je me dis que c'est terminé, que mon corps s'est enfin adapté et que cela va cesser, mais ça recommence. Ça s'enchaîne en boucle, c'est sans fin. A un moment je me demande même s'il n'y a pas une erreur quelque part, si je ne suis pas assez résistant et que je vais subir ça indéfiniment.

Mais ce n'est pas le cas. Après des dizaines, peut-être des centaines de destructions et régénérations, le processus s'arrête. Définitivement. Et en moi.. en moi gronde une puissance immense et sourde, bien plus impressionnante que lorsque j'étais Commandant. Oui.. c'est vraiment.. ça ne tient pas la comparaison, même si je suis bien loin d'être au maximum de ce que l'Efrit peut donner, je n'arrive sans doute pas à la cheville de Yenepha.
D'ailleurs, j'ai normalement hérité d'une forme plus, hum, imposante dirons-nous, que cette apparence humaine non ? Je ferme les yeux et me concentre légèrement. Ma première transformation va avoir lieu, avec pour seul spectateur l'Onirique lui-même.

De larges flammes s'échappent de sous mon épiderme, au niveau de mes bras et de mon dos alors que je me mets à grandir. Je suis plié en deux, je souffre à nouveau le martyr alors qu'elles consument ma peau, j'ai l'impression de muer mais cette fois j'ai un grand sourire sur le visage. La douleur n'est rien comparée à cette sensation de puissance. Ma peau tombe en miettes sur le sol mais en dessous ce n'est pas la chair de mes mains que je vois mais bien une nouvelle peau, semblant autrement plus résistante et d'un rouge éclatant. Comme une carapace naturelle.
J'ai bientôt atteint ma taille maximale, je dépasse maintenant les deux mètres, bien que je sois plus fin que je ne l'aurais imaginé. Enfin, quelque chose dans mon dos fend brutalement l'air et vient s'enrouler autour de moi. Ma queue longue facilement de deux mètres et demi s'est enfin déployé. Ma transformation est achevée et je pousse instinctivement un hurlement, un cri bestial qui cette fois va sans doute bien plus loin que les simples murs de mon palais.

Spoiler:
 

J'ai bien mit dans les trois minutes à me transformer mais j'imagine que je pourrais aller plus vite avec de la pratique. Je me redresse de toute ma longueur et souris: un nouvel Efrit est apparu.
Revenir en haut Aller en bas
Abaddon

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageSujet: Re: [Efrit] Une nuit mouvementée.   Jeu 8 Fév - 19:17

La volonté de l'Onirique. Le niveau de communion le plus haut qu'un Efrit puisse partager avec son cher Monde. Leurs esprits ne font plus qu'un et il a accès à tout ce qui est lié à celui-ci. Il peut modifier et agencer les territoires à souhait et s'il est assez puissant, modifier la faune, la flore ou le temps lui-même. Tout ça est possible tant qu'il a l'énergie nécessaire pour le faire.

C'est la deuxième fois que je m'apprête à me connecter. Je ferme les yeux, installé sur mon trône et sombre doucement dans l'inconscience. Ce que je ressens est somme toute assez difficile à décrire, c'est quelque chose qui se vit. En tous cas c'est agréable, et doux. Le genre de rêves tout en couleur dont on se réveille totalement frais et prêt à attaquer la journée.. je n'ai pas l'habitude de profiter du sommeil des innocents mais je ne vais pas m'en plaindre. Les mêmes bâtiments qui brûlent et les mêmes innocents implorants ma pitié, c'est redondant à force comme rêveries, et pas vraiment gai ou réparateur.

Pour cette seconde connexion, j'ai un objectif bien précis: des Veilleurs ont été capturés et amenés vers l'ancien territoire Druides aménagé maintenant en champs. Je dois les faire s'endormir afin que l'Onirique puisse en tirer de l'énergie. Ainsi, c'est mon but bien ancré dans l'esprit que je sombre. Je ne sens plus du tout mon corps ou ce qui m'entoure mais peu à peu mon lien avec l'Onirique se renforce, je le sens. J'ai les yeux fermé mais je vois. Je dors mais j'entends. Mes sens s'éveillent alors que je suis dans l'immobilité la plus totale. Enfin.. nos sens s'éveillent. Car ça y est, je le sais, nous ne faisons qu'un.

Je m'attendais d'ailleurs à avoir beaucoup de mal à imposer ma volonté, à faire comprendre à l'Onirique ce que je voulais et à les faire s'endormir comme prévu mais finalement ça m'est venu presque.. naturellement. Je ne fais réellement qu'un avec ce Monde, sa volonté est la mienne et le donc finalement le contrôle vient quasiment de lui-même. C'est une sensation étrange, inhabituelle, mais pas désagréable, bien au contraire.

Ainsi, les uns après les autres, la totalité des vingts veilleurs capturés tombent, endormi. Voici le début de notre champs. Nous cultivons.. le sommeil des Hommes.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Efrit] Une nuit mouvementée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» des infos sur cette phase de lune raketa (en particulier sur le mouvement que l'on voit très mal) ?
» vos reglages pour photo de nuit?
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onigami :: Ferme les yeux. :: Onirique-
Sauter vers: